• Accueil et éloignement des demandeurs d’asile. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé la création de 7 500 places d’hébergement pour les demandeurs d’asile et 5 000 pour les réfugiés d’ici 2019. Il a par ailleurs affirmé que les migrants déboutés de leur demande d’asile feraient « systématiquement l’objet d’une mesure d’éloignement » immédiate.

  • Le gouvernement sommé de lutter contre la pollution. Le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, a enjoint au gouvernement de prendre des mesures pour ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules fines « sous les valeurs limites ». Pour l’ONG environnementale Les Amis de la Terre, à l’origine de la procédure, cet arrêt va « obliger l’État à adopter des plans beaucoup plus ambitieux » de lutte contre la pollution.

  • Codéine sur ordonnance. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a pris un arrêté pour inscrire la codéine et d’autres dérivés de l’opium sur la liste des médicaments délivrés uniquement sur ordonnance. Elle a pris cette décision après la publication hier d’une note de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies mettant en garde contre des usages détournés de médicaments codéinés chez des adolescents et jeunes adultes, souvent consommés dans un cadre festif, pouvant conduire à long terme à « une accoutumance voire une dépendance ».

  • Un énorme iceberg se détache de l’Antarctique. Un iceberg d’une superficie de 5 800 km2 (quasiment la taille du département du Gard), l’un des plus gros à avoir été observés, s’est détaché du continent Antarctique, a révélé une équipe de scientifiques gallois qui en suivait l’évolution à l’aide d’images satellites de l’agence spatiale américaine Nasa. Dans un communiqué publié la semaine dernière, l’Agence spatiale européenne soulignait que cet iceberg devait être surveillé, car il « pourrait être dangereux pour la circulation maritime ».

  • Mort du premier juge d’instruction de l’affaire Grégory. L’ancien juge d’instruction Jean-Michel Lambert, qui avait été le premier magistrat à prendre en charge l’affaire Grégory, du prénom d’un garçon de 4 ans enlevé et tué dans les Vosges en 1984, a été retrouvé mort la tête entourée d’un sac plastique hier soir à son domicile du Mans. Hier, BFMTV avait publié des carnets personnels du juge Maurice Simon, qui lui avait succédé à l’instruction, dans lesquels il décrivait l’enquête de son prédécesseur comme « l’erreur judiciaire dans toute son horreur ».