13 juillet 2017

Tout s'explique

L’ancien président Lula condamné à près de 10 ans de prison

Pourquoi l’ancien président du Brésil Lula a-t-il été condamné ?

L’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, âgé de 71 ans, a été condamné hier à neuf ans et six mois de prison. C’est la première fois qu’un ancien chef d’État brésilien est condamné par la justice. Président de 2003 à 2010, il a été inculpé pour blanchiment d’argent et corruption. Il lui est reproché d’avoir accepté l’équivalent d’un million d’euros, dont un appartement dans une station balnéaire, en guise de pot-de-vin de la part d’une entreprise de BTP, pour son intervention dans l’attribution de contrats avec la compagnie pétrolière d’État Petrobras. Lula a annoncé son intention de faire appel de cette décision et reste libre en attendant, car « l’emprisonnement d’un ex-président de la République représente un certain traumatisme », a motivé le juge.

Où en est l’enquête sur le scandale Petrobras dans laquelle il est inculpé ?

La justice a ouvert en 2014 une enquête sur le scandale Petrobras, un système de corruption permettant à des entreprises du bâtiment de remporter des appels d’offres surfacturés auprès d’entreprises publiques comme Petrobras. En mars 2015, le procureur général du Brésil a dévoilé une liste de 54 personnalités visées dans l’affaire, dont 22 députés et 14 sénateurs. Alors présidente de la République, Dilma Rousseff a été mise en cause pour le rôle qu’elle a pu jouer lorsqu’elle était présidente du conseil d’administration de Petrobras de 2003 à 2010. Fragilisée par ce scandale, elle a été destituée en août 2016 pour une affaire de maquillage des comptes publics. Le 14 mars, le procureur général du Brésil a demandé l’ouverture de 83 nouvelles enquêtes contre des responsables politiques dans le cadre de l’affaire Petrobras.

Quel impact cette décision peut-elle avoir sur la présidentielle de 2018 ?

Lula est candidat à la présidentielle de 2018, pour laquelle il fait figure de favori, selon plusieurs sondages. Si sa condamnation est confirmée en appel, il ne pourra pas se présenter puisqu’il lui sera interdit d’« exercer une fonction publique » pendant 19 ans. L’ancien président est par ailleurs mentionné dans d’autres enquêtes. L’actuel président de la République Michel Temer, membre du parti centriste PMDB, pourrait être candidat à sa succession, mais il est aussi visé par plusieurs affaires. Le procureur général du Brésil a demandé fin juin sa mise en examen pour corruption passive, pour avoir reçu des pots-de-vin de la part d’une grande entreprise spécialisée dans l’industrie de la viande bovine. Les députés doivent s’exprimer sur son inculpation, qui nécessite un vote des deux tiers d’entre eux.