24 juillet 2017

Ça alors

Des pays d’Afrique de l’Ouest s’engagent pour une baisse de la natalité

Des représentants des parlements des 15 pays membres de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, ainsi que ceux de la Mauritanie et du Tchad, se sont fixés pour objectif, samedi au Burkina Faso, de limiter à trois le nombre d’enfants par femme dans leurs pays d’ici 2030. Avec 5,6 enfants par femme, le taux de fécondité dans la région est le plus élevé au monde. Les parlementaires chercheront à faire adopter dans leurs États respectifs des lois favorisant un « accès universel à la planification familiale » et l’« augmentation du niveau d’éducation des femmes ». « Nous sommes dans une situation de démographie non maîtrisée et nous ne pouvons espérer de développement dans une telle situation », a déclaré Salifou Diallo, président du Parlement burkinabé. Ses propos font écho à ceux d’Emmanuel Macron qui avait laissé entendre le 8 juillet que la fécondité des femmes était un frein au développement de l’Afrique.