• Évacuations dans le Var. 10 000 personnes, dont 3 000 campeurs, ont été évacuées cette nuit dans les environs de Bormes-les-Mimosas (Var) après un départ de feu, l’incendie se répandant rapidement en raison d’un vent violent. Un avion bombardier d’eau prêté par l’Italie est arrivé hier soir en Corse, où un autre feu a ravagé près de 2 000 hectares depuis lundi.

  • Hommage au père Hamel. Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont participé ce matin à une cérémonie d’hommage au père Jacques Hamel, assassiné par deux islamistes radicaux le 26 juillet 2016 dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Le président de la République a déclaré que « ces deux meurtriers voulaient exacerber la peur des Français », mais qu’ils avaient « échoué », notamment grâce à la réaction de l’église de France qui a « refusé cette soif de vengeance et de représailles ».

  • Amende pour C8. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a infligé à la chaîne de télévision C8 une amende de 3 millions d’euros pour une séquence diffusée le 18 mai dans laquelle l’animateur de l’émission « Touche pas à mon poste », Cyril Hanouna, s’était moqué au téléphone de plusieurs personnes répondant à une petite annonce passée sur un site de rencontres homosexuelles. Le CSA a estimé que C8 avait « gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations ».

  • Le transfert des données des passagers aériens retoqué. La Cour de justice de l’Union européenne a déclaré que le projet d’accord entre l’Union européenne et le Canada sur le transfert systématique et continu des données contenues dans les dossiers des passagers aériens, qui vise à lutter contre le terrorisme, ne pouvait pas être conclu en l’état. Selon la cour, il constitue une « ingérence dans le droit fondamental au respect de la vie privée » et une « ingérence dans le droit fondamental à la protection des données à caractère personnel ».

  • L’abrogation de l’Obamacare sera débattue au Sénat américain. Le Sénat américain a voté hier soir en faveur de l’ouverture d’un débat sur l’abrogation du système de couverture santé mis en place sous la présidence de Barack Obama. Le vice-président Mike Pence a dû voter pour faire gagner le oui alors que 50 Républicains avaient voté pour tandis que deux autres rejoignaient les 48 Démocrates dans le camp du non.