• Fermeture du centre de « déradicalisation ». Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé la fermeture de l’unique centre de « déradicalisation » de France, situé à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) et destiné aux jeunes tentés par l’islamisme radical. Le ministre a estimé que l’expérience de ce centre d’accueil ouvert fonctionnant sur la base du volontariat, inauguré en septembre 2016 et qui n’accueillait plus de pensionnaire depuis février, ne s’était « pas révélée concluante ».

  • Croissance de 0,5 % au deuxième trimestre. La France a enregistré une croissance de 0,5 % au deuxième trimestre, une progression identique aux deux trimestres précédents, selon des chiffres publiés par l’institut national de statistiques Insee. Cette hausse a été favorisée par une nette progression des exportations et par une légère augmentation de la demande intérieure.

  • Fin de grève à la maison de retraite de Foucherans. Les aides-soignantes et les autres salariés de la maison de retraite Les Opalines de Foucherans dans le Jura en grève depuis 117 jours ont mis un terme à leur mouvement déclenché pour réclamer de meilleures conditions de travail, dénoncer le manque de temps qu’elles pouvaient accorder aux pensionnaires et demander une prime de 591 euros. À l’issue de l’une des plus longues grèves de France, ils ont obtenu la création de deux postes supplémentaires, une prime de 450 euros et trois semaines de congés payés supplémentaires cette année.

  • Esplanade des Mosquées interdite aux hommes de moins de 50 ans. Les autorités israéliennes ont interdit aux hommes de moins de 50 ans l’accès à l’esplanade des Mosquées pour la prière musulmane du vendredi afin d’éviter des affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre comme ceux qui ont fait plusieurs dizaines de blessés hier. La prière s’est déroulée dans le calme malgré quelques échauffourées.

  • Échec de l’abrogation partielle de l’Obamacare. Les sénateurs américains ont rejeté cette nuit par 51 voix contre 49 un nouveau projet d’abrogation de plusieurs dispositions de l’Obamacare, la loi sur le système de couverture santé votée sous la présidence de Barack Obama, comme l’obligation pour les particuliers de souscrire une assurance santé sous peine d’amende et l’obligation pour les entreprises de proposer une couverture à leurs salariés. Trois élus républicains, dont l’ancien candidat à la Maison-Blanche John McCain, ont voté non au côté des 48 Démocrates.