• Menace de frappe nord-coréenne. L’agence de presse gouvernementale nord-coréenne KCNA a précisé ce matin les détails d’un plan de frappe au moyen de quatre missiles balistiques de portée intermédiaire au large de l’île de Guam, un territoire américain situé dans l’océan Pacifique. Selon KCNA, le projet sera prêt mi-août et, s’il reçoit l’approbation du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, servira d’« avertissement crucial aux États-Unis ».

  • Noyades au large du Yémen. L’Organisation internationale pour les migrations, une agence intergouvernementale, a rapporté hier soir qu’au moins 29 migrants étaient morts et 22 autres portés disparus après avoir été forcés à sauter à l’eau au large du Yémen par des passeurs qui craignaient un contrôle des autorités. Un drame similaire s’est produit aujourd’hui au même endroit, faisant au moins 5 morts et 50 disparus.

  • Loi de « moralisation ». L’Assemblée nationale a adopté définitivement hier soir la loi organique (dont l’objet est de préciser l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs publics) sur la confiance dans la vie politique par 412 voix contre 74. Ce texte supprime la réserve parlementaire, une enveloppe d’une centaine de milliers d’euros que chaque député ou sénateur pouvait distribuer aux communes et aux associations de son choix, et la réserve ministérielle, une somme mise à disposition du ministère de l’Intérieur.

  • Le Conseil constitutionnel saisi sur les emplois familiaux. Le groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale a annoncé avoir saisi hier le Conseil constitutionnel à propos de l’interdiction pour les parlementaires, les ministres et les présidents d’exécutifs locaux d’embaucher des membres de leur famille, votée le 3 août. Ces députés dénoncent une « discrimination à l’emploi, qui ne se justifie par aucun motif d’intérêt général ».