• Concertations sur la réforme du Code du travail. Le cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud a commencé une dernière série de concertations avec les différents partenaires sociaux avant la présentation de la réforme du Code du travail le 31 août. L’organisation patronale Medef a été la première reçue cet après-midi avant les représentants syndicaux des salariés et des dirigeants de PME dans les trois jours qui viennent.

  • Collomb annonce une redéfinition du dispositif Sentinelle. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a déclaré sur BFMTV que le gouvernement allait « redéfinir » le dispositif de l’opération Sentinelle (sécurisation des lieux publics par des militaires) de manière à le rendre « plus mobile ». Au lieu de la présence de 7 000 soldats sur des postes fixes, il a évoqué la possibilité d’en répartir « 3 500 dans des postes définis et 3 500 dans des postes plus souples de manière à pouvoir garantir par exemple la Braderie de Lille ».

  • Trump maintient les troupes américaines en Afghanistan. Alors qu’il s’était prononcé pour un retrait des 8 000 soldats américains d’Afghanistan lors de sa campagne électorale, Donald Trump a exclu hier soir cette éventualité en expliquant qu’elle créerait un « vide » qui profiterait aux « terroristes ». Le vice-président américain Mike Pence a suggéré ce matin sur la chaîne NBC que des troupes supplémentaires pourraient être envoyées, sans préciser si leur nombre irait jusqu’aux 4 000 hommes réclamés par le secrétariat à la Défense.

  • Les forces irakiennes entrent dans un bastion de Daech. Les forces gouvernementales irakiennes ont annoncé qu’elles avaient pénétré dans la ville de Tal Afar, l’un des derniers bastions du groupe État islamique dans le pays depuis sa perte de Mossoul en juillet. Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés s’est inquiété du sort des milliers d’habitants encore présents dans la ville, alors que plus de 30 000 personnes ont déjà fui les combats et vivent dans des camps depuis avril.

  • IVG au Chili. Le Tribunal constitutionnel du Chili a validé hier soir la loi dépénalisant l’avortement thérapeutique votée cet été par le Parlement en rejetant deux recours déposés par l’opposition. Une fois la loi promulguée par la présidente Michelle Bachelet, l’interruption volontaire de grossesse, totalement interdite depuis 1989, sera autorisée pour les victimes de viol, les femmes dont la vie est en danger ou celles dont le fœtus est jugé non viable.