7 septembre 2017

Tout s’explique

L’ouragan Irma fait d’importants dégâts dans les Petites Antilles

Quel est le bilan du passage de l’ouragan ?

L’ouragan Irma, « le plus puissant jamais observé sur les Petites Antilles » selon Météo France, a dévasté hier les îles de Barbuda, Saint-Barthélémy, Saint-Martin (voir la vidéo), Anguilla et les îles Vierges britanniques. « La situation à Saint-Martin et Saint-Barthélemy est dramatique, il n’y a plus d’eau potable, d’électricité, les bâtiments publics sont inutilisables, les maisons sont détruites, on estime peut-être à 60-70 % les habitations détruites à Saint-Martin », a déclaré le préfet de la Guadeloupe. Au moins six personnes ont été retrouvées mortes dans ces îles, dont quatre dans la partie française de Saint-Martin. Après avoir frôlé cette nuit le nord de l’île de Porto Rico, l’ouragan se situait cet après-midi au nord de la République dominicaine. Il est attendu au large de Cuba demain et à partir de dimanche en Floride, où l’état d’urgence a déjà été déclaré.

Quelles sont les îles les plus touchées ?

Les îles qui ont subi le plus de dégâts humains et matériels sont de petite taille (la plus grande, Barbuda, est 10 fois plus petite que la Guadeloupe). Saint-Martin et Saint-Barthélemy se trouvent au nord de l’archipel des Petites Antilles, moins de 300 km au nord de la Guadeloupe. La première est coupée en deux, le nord appartenant à la France et le sud aux Pays-Bas. Cette division est le fruit d’un accord remontant à 1648. La partie française de Saint-Martin et Saint-Barthélémy ont depuis 2007 le statut de collectivité d’outre-mer et ne sont plus rattachées à la Guadeloupe. La partie française de Saint-Martin compte 36 500 habitants et Saint-Barthélemy 9 500 personnes. La principale activité de Saint-Barthélemy est le tourisme de luxe. Anguilla est un territoire britannique d’outre-mer et Barbuda est l’une des deux îles principales d’Antigua-et-Barbuda, qui a pris son indépendance du Royaume-Uni en 1981.

Comment l’ouragan s’est-il développé ?

L’ouragan Irma est classé en catégorie 5, le maximum de l’échelle de Saffir-Simpson qui mesure l’intensité de ces phénomènes. Les ouragans se développent au-dessus des océans, à condition que la température de l’eau soit supérieure à 26°C sur 50 mètres de profondeur. L’évaporation de l’eau, rencontrant une perturbation, provoque un tourbillon de vents violents qui se renforce en se déplaçant, tant qu’il reste au-dessus d’océans chauds. L’ouragan Irma est né il y a une semaine au large du Cap-Vert, particulièrement à l’est, ce qui lui a permis de se développer sans rencontrer d’obstacle. « Cette naissance inhabituelle pour un ouragan s’explique par une eau anormalement chaude dans cette partie de l’Atlantique », explique Jérôme Lecou, météorologue à Météo France, interrogé par La Croix.