• Explosion dans le métro de Londres. Une explosion a fait 22 blessés ce matin dans la station de métro de Parsons Green, dans l’ouest de Londres. La police a déclaré qu’elle considérait qu’il s’agissait d’un « acte terroriste » et le maire de la capitale britannique, Sadiq Khan, a affirmé qu’une « chasse à l’homme » était en cours, sans préciser si les enquêteurs possédaient des informations sur l’identité d’un suspect.

  • Un missile nord-coréen passe au-dessus du Japon. Le Conseil de sécurité de l’ONU a annoncé qu’il se réunirait ce soir en urgence après le tir ce matin, pour la deuxième fois en trois semaines, d’un missile nord-coréen qui a survolé le nord du Japon avant de s’abîmer dans l’océan Pacifique. Le ministère sud-coréen de la Défense a estimé que le projectile avait parcouru 3 700 kilomètres, soit le « plus long vol d’un de leurs missiles balistiques », selon Joseph Dempsey, de l’Institut international d’études stratégiques, un institut de recherche britannique.

  • Un militaire de l’opération Sentinelle agressé. Le parquet antiterroriste a été saisi après l’agression ce matin au métro Châtelet à Paris d’un militaire de l’opération Sentinelle. Il s’agit de la septième attaque visant des membres de cette mission de protection des lieux sensibles du territoire français depuis son lancement en janvier 2015.

  • Levothyrox ancienne formule. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé ce matin sur France Inter que l’ancienne formule du Levothyrox, un traitement contre le dysfonctionnement de la glande thyroïde, serait de nouveau accessible dans 15 jours et que des « alternatives » seraient disponibles dans un mois. 9 000 cas d’effets indésirables avaient été signalés aux autorités depuis le changement de formule en mars.

  • Libération du journaliste Loup Bureau. L’avocat du reporter Loup Bureau, emprisonné en Turquie depuis le 26 juillet, a annoncé la libération de son client et ajouté qu’il serait expulsé du pays prochainement. Le journaliste indépendant de 27 ans avait été mis en examen début août pour « participation à un groupe terroriste » en raison d’un reportage qu’il avait réalisé en 2013 sur les combattants kurdes de Syrie, contre lesquels lutte le pouvoir turc.