19 septembre 2017

C'est leur avis

Stéphane Bern et l’histoire orientée

L’Élysée a confié samedi à l’animateur de télévision Stéphane Bern une mission bénévole pour identifier le patrimoine en péril. Nicolas Offenstadt, maître de conférences en histoire à l’université Paris-I, estime dans L’Obs que ce choix est un mauvais symbole.

« Confier une mission, qui va avoir prétention à gouverner les réflexions des autorités sur notre passé, à quelqu’un de très marqué idéologiquement, qui ne se soumet pas au travail distancié du chercheur, est très problématique. Dans son émission, “Secrets d’histoire”, Stéphane Bern privilégie l’histoire en surface. Dans ce programme, on s’attarde presque exclusivement sur l’histoire des grands hommes et des grands faits. Ce n’est pas une histoire qui explique, qui aide à la compréhension, c’est une histoire qui n’est qu’un prétexte à la distraction. […] Quant au patrimoine, il est presque réduit aux châteaux et aux églises. […] Stéphane Bern sera-t-il attentif au patrimoine ouvrier et militant par exemple ? On peut en douter. » Nicolas Offenstadt