• Kurdistan irakien et indépendance. La Cour suprême irakienne a suspendu lundi le référendum que les autorités du Kurdistan irakien avaient prévu d’organiser le 25 septembre. Les dirigeants de cette région autonome qui possède ses propres gouvernement, Parlement et force armée (les Peshmerga) ont affirmé leur volonté de maintenir le vote. « Quand Daech nous a attaqués il y a quelques années, seuls les Peshmerga, notre gouvernement, notre peuple se sont opposés à eux. L’Irak ne nous a pas aidés », a déclaré à Arte le député kurde irakien Omed Xoshnaw.

  • Plan logement. Le gouvernement a présenté mercredi sa « stratégie logement ». Après la baisse de l’aide personnalisée au logement annoncée en juillet, il a mis en avant des mesures destinées à faciliter la construction d’habitations, comme des abattements fiscaux pour les propriétaires cédant un terrain. « Si les effets à long terme sont difficilement anticipables, les effets à court terme des mesures annoncées sont d’ores et déjà connus : les ménages modestes pâtiront des économies budgétaires pendant que les propriétaires fonciers pourront réaliser leurs plus-values à moindres frais », estime Pierre Madec, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques, dans son blog pour le site Alternatives économiques.

  • Sanctions contre le référendum en Catalogne. Les forces de l’ordre espagnoles ont saisi, mardi et mercredi, près de 10 millions de bulletins de vote ainsi que les convocations qui devaient être adressées à environ 45 000 assesseurs dans le cadre du référendum d’autodétermination de la Catalogne prévu le 1er octobre par l’exécutif local, mais interdit par le pouvoir central. La Cour constitutionnelle espagnole a annoncé jeudi avoir infligé des amendes de 6 000 euros à 12 000 euros par jour à 24 responsables de l’organisation du scrutin. Jean-Pierre Massias, professeur de droit public à l’université de Pau et des pays de l’Adour, juge dans Libération la stratégie de Madrid « contre-productive ». « On ne peut pas traiter ces demandes d’indépendance pacifiques comme on traitait les mouvements indépendantistes violents, c’est pour ça que le gouvernement espagnol se retrouve en décalage », estime-t-il.

  • L’ouragan Maria dévaste plusieurs îles des Antilles. Après être passé sur la Guadeloupe, où il a fait au moins deux morts, l’ouragan Maria a tué, selon des bilans provisoires, une dizaine de personnes sur l’île de la Dominique et une dizaine à Porto Rico. Le président américain Donald Trump a déclaré mercredi l’état de catastrophe naturelle dans cet État libre associé aux États-Unis, permettant de libérer des fonds pour l’aide d’urgence et la reconstruction du territoire. Les auteurs d’un article du New York Times publié jeudi estiment que « pour Porto Rico, handicapé depuis longtemps par une dette énorme et un système financier largement en faillite, la voie du redressement est passée de longue à apparemment infinie ».

  • Philippot quitte le FN. Marine Le Pen ayant annoncé mercredi qu’elle lui retirait les attributions liées à sa vice-présidence (stratégie et communication), Florian Philippot a annoncé jeudi son départ du Front national. La présidente du FN risque de perdre un « formidable paratonnerre », estime dans L’Express Joël Gombin, politologue de l’Observatoire des radicalités politiques : « Florian Philippot avait le grand intérêt d’attirer les foudres de tous ceux qui étaient mécontents de la ligne, qui était celle de Marine Le Pen. »