25 septembre 2017

Tout s'explique

Victoire en demi-teinte pour Angela Merkel

Pourquoi la victoire d’Angela Merkel est-elle mitigée ?

Le parti chrétien-démocrate CDU, dirigé par Angela Merkel, a remporté hier, avec son allié bavarois CSU, les élections législatives en Allemagne avec 32,9 % des voix. Il s’agit néanmoins du plus faible score obtenu aux législatives par le parti depuis l’arrivée au pouvoir d’Angela Merkel en 2005. Le scrutin est marqué par l’entrée de l’extrême droite au Bundestag. Le parti social-démocrate SPD avec lequel la chancelière a dirigé à deux reprises (2005-2009, puis 2013-2017) a réuni 20,5 % des voix. Il a cependant affirmé qu’il ne voulait plus faire partie du gouvernement. Pour être à nouveau élue chancelière par les députés allemands, à l’issue de la présentation de son gouvernement au Bundestag, et accomplir un quatrième mandat, Angela Merkel aura besoin de former une nouvelle coalition.

Quel poids l’extrême droite allemande aura-t-elle ?

Créé en 2013, le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD) a obtenu hier 12,6 % des voix, contre 4,7 % lors des élections législatives précédentes. Il devient la troisième force politique allemande, derrière l’alliance CDU/CSU et le SPD, et obtient 94 sièges sur les 709 disponibles. C’est la première fois, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, qu’une formation d’extrême droite intègre le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Des divergences apparaissent au sein du parti : sa coprésidente, Frauke Petry, a annoncé ce matin qu’elle ne siègerait pas au sein du groupe parlementaire. Elle a estimé que l’AfD employait une « rhétorique qui n’est pas constructive pour les électeurs modérés » et n’était pas en mesure « d’exercer rapidement des responsabilités gouvernementales » comme il en avait l’ambition.

Qu’est-ce qu’une « coalition jamaïcaine » ?

Pour obtenir la majorité absolue, Angela Merkel envisage de s’associer avec le parti libéral FDP et les Verts, un scénario couramment qualifié en Allemagne de « coalition jamaïcaine » en référence aux couleurs du drapeau jamaïcain et à celles des partis (noir pour la CDU, jaune pour le FDP et vert pour Die Grünen). L’Allemagne n’a jamais été dirigée par une telle coalition, sauf à l’échelle régionale, comme dans le Schleswig-Holstein, en Allemagne du Nord. Au plan national, Angela Merkel s’est déjà alliée au FDP de 2009 à 2013. Le président du FDP Christian Lindner, sous la direction duquel le parti a affiché des positions critiques vis-à-vis de l’Union européenne durant la campagne, a déclaré qu’il n’accepterait une coalition qu’à condition de revenir sur la création d’un budget de la zone euro, proposée par Emmanuel Macron et à laquelle Angela Merkel avait consenti.