25 septembre 2017

Ça peut servir

Être honnête sur ses défauts

Lorsqu’on vous a demandé vos défauts lors d’un entretien d’embauche, vous avez déjà tenté de dire que vous étiez trop perfectionniste ou que vous n’aviez fini que deuxième à un concours ? Pour Adam Grant, professeur à l’école de commerce Wharton School de l’université de Philadelphie et spécialiste de psychologie organisationnelle, mieux vaut privilégier l’honnêteté et nommer ses vrais défauts, comme une propension à procrastiner ou à réagir de manière excessive. Il explique dans une note publiée sur son compte LinkedIn qu’un futur employeur appréciera davantage votre capacité à reconnaître vos points faibles. Vous démontrerez ainsi votre motivation pour le poste, quels que soient les efforts à fournir pour vous améliorer. Il ne s’agit pas de s’attarder, mais de jouer la transparence. Vous pourrez ensuite mettre efficacement le reste de vos compétences en valeur et les rendre crédibles auprès de votre recruteur.