29 septembre 2017

Tout s’explique

La France candidate pour organiser l’Exposition universelle de 2025

Pourquoi la France est-elle candidate à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025 ?

La France a remis hier son dossier de candidature pour l’Exposition universelle de 2025 au Bureau international des expositions (BIE), l’organisation intergouvernementale qui encadre ce type de manifestations et qui désignera le pays retenu en novembre 2018. Le thème du projet français – « la connaissance à partager, la planète à protéger » – a été défini fin 2016. Il permettra aux nations, « 10 ans après l’accord de Paris sur le climat », de « présenter leurs réalisations et leurs projets », annonce le groupement d’intérêt public (GIP) ExpoFrance 2025 qui porte la candidature. Le GIP, qui réunit les collectivités concernées, a retenu en juillet le site de Saclay, au sud de Paris. À l’origine du projet, le maire de Neuilly-sur-Seine Jean-Christophe Fromantin estimait en octobre 2014 dans une interview à La Tribune que « la France est dans une stratégie d’image à l’international ».

En quoi consistent ces expositions universelles ?

Jusqu’en 1928, les expositions étaient destinées « à mettre en avant le progrès industriel et le prestige national », explique le BIE sur son site. Paris en a organisé quatre entre 1855 et 1900, celle de 1889 donnant lieu à la construction de la tour Eiffel. Les éditions plus récentes sont tournées vers les « solutions aux défis globaux de notre époque, tels que la qualité de la vie en ville (Expo Shanghai 2010) ou l’alimentation (Expo Milan 2015) ». Elles sont articulées autour de pavillons dans lesquels les pays montrent leurs savoir-faire. Dans le projet de la France pour 2025, ces pavillons seraient disposés autour d’un immense globe terrestre et seraient par la suite reconvertis en structures d’accueil pour les étudiants afin de créer un « campus universel ».

Comment sont-elles organisées ?

Créé en 1928, le BIE compte 170 pays membres. Il sélectionne les candidatures pour les expositions universelles ou spécialisées (plus réduites et dédiées à « des défis précis de l’humanité »). Il veille ensuite à leur organisation. La prochaine édition est prévue à Dubai en 2020. Trois autres pays sont candidats à l’édition de 2025 : le Japon (Osaka), la Russie (Iekaterinbourg) et l’Azerbaïdjan (Bakou). Les expositions sont financées par le pays hôte et par des sponsors. Celle de Shanghai en 2010 a été la plus fréquentée avec 73 millions de visiteurs. ExpoFrance 2025 se fixe comme objectif d’accueillir entre 35 et 40 millions de personnes entre mai et octobre 2025. Le budget du projet est de 3,5 milliards d’euros, couverts selon le GIP par la billetterie, l’exploitation du site après l’Exposition, le mécénat de grandes entreprises et l’appel aux dons du public.