• Victoire contrastée pour Merkel. Le parti chrétien-démocrate CDU, dirigé par Angela Merkel, a remporté dimanche, avec son allié bavarois CSU, les élections législatives en Allemagne (32,9 % des voix). Avec 12,6 % des suffrages, le parti anti-immigration Alternative für Deutschland (AfD) fait son entrée au Bundestag où il a obtenu 94 des 709 sièges. « Dans les “nouveaux Länder” de l’ex-RDA (République démocratique allemande), il obtient près de 22 % des suffrages, alors qu’il ne dépasse pas 10 % dans la partie occidentale de l’Allemagne, relève dans Le Huffington Post Hans Stark, professeur de civilisation allemande à la Sorbonne. Ce qui en dit long sur le clivage Est-Ouest qui persiste en Europe tout en se doublant d’une fracture non moins profonde entre “les deux Allemagne”. »

  • Propositions pour l’Europe. Emmanuel Macron a présenté lors d’un discours mardi à Paris ses idées pour réformer l’Union européenne. Il a notamment proposé la création d’un budget commun en matière de défense, d’un parquet européen dédié, d’un « office européen de l’asile pour harmoniser les procédures », d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe et de listes transnationales pour désigner la moitié du Parlement européen lors des élections de 2019. « Créer une grande circonscription européenne devrait permettre ce qui n’a jamais existé : un débat européen sur les questions européennes, estime dans Telos l’économiste Charles Wyplosz. Le plus intéressant est qu’un tel mode électoral forcerait la création de partis paneuropéens. »

  • Rapprochement Alstom-Siemens. Le français Alstom, qui fabrique le TGV, et l’allemand Siemens ont annoncé mardi leur projet de fusionner leurs activités de construction ferroviaire. Siemens détiendra 50 % du capital du nouvel ensemble baptisé Siemens-Alstom. Les deux entreprises, ainsi que le gouvernement français, ont affirmé qu’il s’agissait d’une opération « entre égaux ». « Il n’y a pas de fusion entre égaux, conteste le journaliste économique Jean-Michel Quatrepoint dans Le Figaro. Il y en a toujours un qui rachète et un qui est racheté. Il y en a toujours un qui dirige, impose sa vision stratégique, et l’autre, minoritaire, qui doit plier. »

  • Budget 2018. Le gouvernement a présenté mercredi le projet de loi de finances 2018, qui prévoit une réduction des dépenses publiques de 15 milliards d’euros et une diminution des impôts de 7 milliards d’euros. « Certains allégements se révèlent beaucoup plus bénéfiques pour les foyers aisés, et surtout très aisés, relève le journaliste Mathieu Castagnet dans La Croix. C’est évidemment le cas de la refonte de l’ISF et de celle de la fiscalité du patrimoine, qui représentent à elles deux près de la moitié du total des baisses d’impôts. »

  • Les Kurdes irakiens disent oui à l’indépendance. La commission électorale chargée de l’organisation lundi du référendum d’indépendance du Kurdistan irakien a annoncé mercredi que le « oui » l’avait emporté avec 92,7 % des suffrages, pour une participation d’un peu plus de 72 %. Le pouvoir central irakien, opposé à la sécession de la région, a ordonné une suspension de tous les vols à destination et au départ de l’aéroport d’Erbil, la principale ville du Kurdistan irakien. Ce référendum était « surtout fait pour rappeler aux dirigeants irakiens à Bagdad que les Kurdes désirent profondément prendre leur indépendance vis-à-vis d’un pays dans lequel ils se sont toujours sentis étrangers », juge dans The Atlantic Joost Hiltermann, responsable pour l’Afrique du Nord et le Proche-Orient de l’ONG International Crisis Group.