9 octobre 2017

Tout s'explique

Compromis sur l’immigration en Allemagne

Pourquoi Angela Merkel s’engage-t-elle à accueillir moins de migrants ?

Lors d’une réunion hier des deux partis de centre droit alliés CDU et CSU, Angela Merkel a annoncé qu’elle acceptait de restreindre l’accueil des migrants en Allemagne. Elle a détaillé cet objectif lors d’une conférence de presse ce midi avec son partenaire Horst Seehofer, président de la CSU. Ils souhaitent que « le nombre total d’accueils pour des raisons humanitaires » (réfugiés et demandeurs d’asile, regroupement familial, etc.) « n’excède pas 200 000 par an ». Jusqu’ici, Angela Merkel avait refusé un tel plafonnement, un mot qu’elle a d’ailleurs soigneusement évité. Elle a néanmoins cédé à cette demande de la CSU formulée en 2015 et à l’aile droite de la CDU pour rassembler sa famille politique alors que les résultats des élections législatives du 24 septembre l’obligent à négocier la formation d’une coalition de gouvernement avec les partis des libéraux (FDP) et des Verts (Die Grünen).

Que représente la CSU en Allemagne ?

La CSU est un parti de centre droit présent uniquement en Bavière, dans le sud-est de l’Allemagne, tandis que la CDU s’étend dans le reste du pays. La CDU et la CSU ont systématiquement présenté un candidat commun à la chancellerie depuis 1949. Les représentants élus des deux partis siègent dans un groupe unique au Bundestag. Lors des dernières élections législatives, la CSU a obtenu 38,8 % des voix en Bavière, le plus gros score de l’alliance CDU/CSU dans un Land. Elle a ainsi envoyé 46 représentants au Bundestag, conservant un poids important dans une alliance [€] qui a remporté au total 246 sièges. La CDU/CSU a néanmoins perdu 9 points par rapport à 2013. Horst Seehofer avait commenté cet échec en déclarant : « Nous avons délaissé notre flanc droit et il nous appartient à présent de combler le vide avec des positions tranchées. »

Cette décision remet-elle en cause la formation d’une coalition ?

Après être parvenue à rassembler sa famille politique grâce à ce compromis sur l’accueil des réfugiés, Angela Merkel a convié aujourd’hui le FDP et les Verts à des discussions, en vue d’une coalition. Elle compte en effet sur ces deux formations pour parvenir à une majorité au Bundestag et être réélue chancelière. Une réunion est prévue le 18 octobre entre la CDU/CSU et les Verts, puis avec le FDP, avant une première discussion commune entre les quatre formations le 20 octobre. La question de l’accueil des migrants risque d’être à nouveau débattue lors de ces rencontres, les Verts et les libéraux s’étant montrés aujourd’hui critiques vis-à-vis de l’instauration d’un plafond et ayant réitéré leur attachement au droit d’asile.