21 octobre 2017

On revient au début

Les congrès du Parti communiste chinois

Le 19e congrès du Parti communiste chinois s’est ouvert mercredi à Pékin. Ce rituel, qui a lieu tous les cinq ans, est l’occasion de mettre en avant les orientations stratégiques du pouvoir central et de renouveler les instances dirigeantes. Xi Jinping se prépare à être confirmé dans ses fonctions de secrétaire général du parti. Quand ce rendez-vous est-il apparu ? Quels ont été les changements initiés lors de ces événements ? Comment Xi Jinping a-t-il préparé ce congrès ?

Quand a eu lieu le premier congrès du Parti communiste chinois ?

Influencé par la révolution russe, le Parti communiste chinois (PCC) voit le jour en juillet 1921. La République de Chine, proclamée en 1912 après deux millénaires d’empire, peine alors à s’imposer sur le territoire, où des factions militaires rivales contestent son autorité. Lors du premier congrès du PCC, qui se déroule à Shanghai, le parti ne compte qu’une cinquantaine de membres. « Il s’agit plus, à ce moment-là, d’une sorte de société savante que d’un parti », explique à Brief.me Alain Roux, historien spécialiste de la Chine. Treize délégués représentant six provinces et municipalités chinoises y assistent, parmi lesquels le jeune Mao Zedong, dont le rôle est encore secondaire.

Comment Mao s’empare-t-il du parti ?

Lors des cinq premiers congrès, entre 1921 et 1927, le parti tranche des débats sur la doctrine et désigne ses leaders. En 1927, une guerre civile débute entre les communistes et les forces gouvernementales, obligeant le PCC à délocaliser en 1928 son sixième congrès à Moscou, le seul à s’être tenu à l’étranger. À partir de 1931, les communistes contrôlent une partie du sud-est de la Chine. L’armée gouvernementale les en déloge en 1934. Plus de 100 000 soldats communistes et cadres du parti se lancent alors dans une fuite à travers la Chine qui durera plus d’un an. Pendant cette « longue marche », Mao s’empare de la tête du parti grâce au soutien des généraux. Des luttes politiques internes, puis le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, repoussent la tenue du septième congrès à 1945.

Quels sont les congrès marquants organisés par Mao Zedong ?

Seul un congrès peut désigner le secrétaire général du PCC. Malgré son statut de leader, Mao doit donc attendre plus de dix ans pour obtenir ce titre lors du septième congrès en 1945. Sa pensée est alors reconnue dans la charte du parti comme l’égale de celle de Lénine ou Staline. Le congrès suivant est organisé en deux temps : les résultats de 1956, qui consacrent le modèle stalinien, ne satisfont pas Mao, qui le juge trop proche du capitalisme. En 1958, lors d’une deuxième session, le dirigeant communiste lance la politique du Grand Bond en avant, fondée sur l’idée qu’une mobilisation des masses peut suffire à développer l’économie. Elle donne lieu à une grande famine, qui fait plusieurs dizaines de millions de victimes.

Quels congrès du PCC ont marqué l’histoire récente de la Chine ?

Après deux congrès, en 1973 et 1977, marqués par l’instabilité de la fin de règne de Mao Zedong, le dirigeant Deng Xiaoping se sert du 12e congrès (1982) pour promouvoir un « socialisme aux caractéristiques de la Chine ». Il lance ainsi la transition vers une économie de marché. Pendant les 30 années suivantes, le pays se hisse parmi les plus grandes puissances économiques mondiales. Les congrès s’enchaînent désormais à rythme régulier, tous les cinq ans. Le 16e, en 2002, « est peut-être le plus important de l’histoire du PCC », selon Alain Roux. Jiang Zemin y fait adopter la théorie des « trois représentativités » : le parti communiste, qui représentait jusque-là uniquement les ouvriers et les paysans, s’ouvre aux banquiers, aux industriels et aux commerçants.

Comment sont prises les décisions annoncées et votées lors d’un congrès ?

Pendant un congrès, le pouvoir est officiellement dévolu aux délégués (des représentants des provinces, de l’armée ou de l’administration), au nombre de 2 287 cette année. Ils ont pour mission d’élire les 205 membres du comité central et de voter plusieurs mesures, certaines ayant vocation à être inscrites dans la Constitution. En réalité, « tout est prévu à l’avance », analyse Alain Roux. « Il y a beaucoup de commissions en amont, organisées par régions où l’on parle la même langue. C’est à ce niveau-là, à huis clos, que se joue le congrès. De cette manière, les remous restent à l’intérieur du parti. » Les résultats de ces réunions remontent ensuite jusqu’au comité permanent, composé de sept membres.

Quelle est l’importance des congrès du PCC en Chine ?

Si les décisions sont souvent prises en amont, le congrès reste un événement central. « Étant donné le système chinois, où l’État et le parti ne font qu’un, les décisions du congrès ont force de loi », explique Alain Roux. Elles sont ensuite traduites dans la législation. « C’est aussi le lieu où se joue la promotion de certains et la destitution d’autres. » La majeure partie du peuple chinois ne se passionne pas pour l’événement, estime cependant le sinologue. « C’est une mise en scène pensée par le régime pour afficher l’unité du peuple, toutes les minorités étant par exemple représentées, en costume traditionnel, parmi les délégués. »

Quels sont les objectifs du 19e congrès ?

Xi Jinping se prépare à être confirmé dans ses fonctions de secrétaire général auxquelles il a accédé lors du précédent congrès en 2012. Le chef de l’État chinois a l’occasion de placer ses hommes à tous les postes-clés du pays qui échappent encore à son contrôle. Cinq sièges sur sept sont à renouveler parmi les sept membres du comité permanent, l’instance suprême du PCC. Dans un discours prononcé mercredi à l’ouverture du congrès, Xi Jinping a mis en avant le développement d’un « nouveau modèle commercial et industriel » et a exclu toute libéralisation du régime. Ce congrès pourrait aussi être l’occasion de supprimer la limite d’âge de 68 ans imposée aux membres du bureau politique (25 membres) que dirige Xi Jinping. Le leader chinois aura 69 ans lors du prochain congrès du PCC en 2022.