Murs de frontières et œuvres d’art. Un article du Figaro illustré de nombreuses photos raconte comment les artistes s’approprient des murs construits pour renforcer une frontière. C’est le cas du mur de Berlin, dont plusieurs portions ont été conservées, mais aussi de celui séparant Israël de la Cisjordanie, ou de celui entre le Mexique et les États-Unis à partir duquel l’artiste français JR a installé un trompe-l’œil géant. Utilisés pour livrer un message politique, ces murs de frontières servent aussi d’écrin aux artistes adeptes de graffitis et de peintures murales.