• Des fonds pour le patrimoine. La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a déclaré que le budget alloué à l’entretien et à la restauration du patrimoine augmenterait de 5 % l’an prochain pour atteindre 326 millions d’euros. Pour participer au financement, elle a annoncé que la Française des jeux, entreprise dont l’État détient 72 % du capital et qui possède un monopole sur la loterie nationale, organiserait un tirage spécial du Loto et lancerait un nouveau jeu de grattage.

  • L’armée arrête des proches du pouvoir au Zimbabwe. L’armée zimbabwéenne, qui a pris dans la nuit de mardi à mercredi le contrôle de la capitale Harare, a annoncé avoir arrêté plusieurs proches du président Robert Mugabe. Le dirigeant de 93 ans a effectué aujourd’hui sa première sortie publique depuis le coup de force des militaires, après avoir refusé de démissionner hier lors d’une rencontre avec le chef de l’armée.

  • Désaccord sur les armes chimiques à l’ONU. La Russie a opposé hier soir son veto à une résolution américaine présentée devant le Conseil de sécurité des Nations unies pour renouveler le mandat de la commission d’enquête sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie et imposer des sanctions à ceux qui les emploient. Une autre résolution, présentée par la Russie pour prolonger la mission d’enquête tout en demandant un gel du dernier rapport mettant en cause le régime de Bachar el-Assad, n’a recueilli que quatre voix sur les neuf nécessaires pour être adoptée.

  • Le principal parti d’opposition interdit au Cambodge. La Cour suprême cambodgienne a décidé hier la dissolution du Parti du sauvetage national du Cambodge, le principal parti d’opposition, accusé par les autorités de chercher à renverser le gouvernement avec l’appui des États-Unis. Washington a annoncé aujourd’hui qu’il cesserait de verser des fonds à la commission électorale du Cambodge, alors que des législatives sont prévues dans le pays en juillet.

  • Israël et l’Arabie saoudite face à l’Iran. Le chef d’état-major des armées d’Israël, Gadi Eizenkot, a déclaré dans une interview à un journal en ligne saoudien publiée hier que l’Iran était « la véritable et plus grande menace dans la région ». Bien qu’Israël et l’Arabie saoudite n’aient pas de relations diplomatiques, il s’est dit prêt à partager des renseignements avec elle et les « pays arabes modérés ».