22 novembre 2017

Tout s'explique

L’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie condamné à la prison à perpétuité

Pourquoi Ratko Mladic est-il condamné ?

L’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, 74 ans, a été reconnu coupable de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Il a été condamné ce matin à une peine de prison à perpétuité. Son procès avait commencé en 2011 après son arrestation en Serbie et s’était déroulé jusqu’à décembre 2016. Le TPIY a estimé que Ratko Mladic avait « contribué de façon importante » au génocide commis à Srebrenica, en Bosnie, en 1995. Il a également affirmé que Ratko Mladic avait « personnellement » dirigé le bombardement de Sarajevo et l’a reconnu coupable d’avoir cherché à chasser les Bosniaques et les Croates du territoire bosnien. Ratko Mladic va faire appel de ce verdict, a annoncé son fils.

Comment s’est déroulée la guerre en Bosnie-Herzégovine ?

La guerre de Bosnie-Herzégovine a débuté en avril 1992, après la déclaration d’indépendance de cette ancienne République yougoslave. La guerre intercommunautaire déclenchée par la minorité serbe (chrétiens orthodoxes) contre les Bosniaques (musulmans) et les Croates (chrétiens catholiques) a fait 97 000 victimes selon le Centre de recherche et de documentation de Sarajevo, un organisme indépendant créé en 2004 pour enquêter sur le conflit. Elle a pris fin avec la signature des accords de Dayton en décembre 1995 divisant le pays en deux entités. Cette guerre a été marquée par les 44 mois de siège de la capitale Sarajevo, soumise à un blocus et bombardée par les forces serbes. En juillet 1995, les troupes commandées par Ratko Mladic se sont emparées de Srebrenica, une enclave bosniaque où s’étaient réfugiées des milliers de personnes, et ont fusillé 8 000 hommes, musulmans, civils pour la plupart, malgré la présence des soldats de l’ONU.

À quoi a servi le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie ?

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a été créé par l’ONU dès 1993 pour juger les personnes accusées de crimes de guerre commis dans les Balkans au cours des conflits des années 1990. Les actes d’accusation délivrés portent sur des crimes commis entre 1991 et 2001 contre différentes communautés ethniques en Croatie, en Bosnie-Herzégovine, en Serbie, au Kosovo et en Macédoine, précise le site du Tribunal. Situé à La Haye (Pays-Bas), il a poursuivi 161 personnes et en a condamné 83, parmi lesquelles Radovan Karadzic, ancien président de la République serbe de Bosnie (40 années de prison). L’ancien président serbe Slobodan Milosevic est mort dans sa cellule en 2006, avant la fin de son procès. Ratko Mladic est le dernier responsable jugé par ce tribunal dont la fermeture est prévue le 31 décembre.