6 décembre 2017

Ça se chiffre

La portée croissante des missiles nord-coréens

La Corée du Nord a effectué mercredi 29 novembre un nouveau tir de missile balistique intercontinental après deux premiers tests réalisés en juillet. À chaque nouvel essai, l’altitude atteinte a augmenté. Les tirs étant effectués presque à la verticale, un calcul est nécessaire pour estimer la distance qui serait parcourue avec un tir tendu. C’est ce travail de simulation informatique qui est effectué par le chercheur américain David Wright, spécialiste des systèmes de missiles, membre de l’Union of Concerned Scientists, une organisation scientifique indépendante. Selon son estimation, le dernier tir « s’il avait suivi une trajectoire standard et non en cloche » aurait une portée supérieure à 13 000 km et serait ainsi capable d’atteindre tout point du territoire des États-Unis. Il note cependant que la capacité de la Corée du Nord à équiper ses missiles de têtes nucléaires et à les faire voler dans les mêmes conditions n’est pas encore démontrée.