7 décembre 2017

Tout s'explique

Le Hamas appelle à l’intifada

Comment le Hamas palestinien a-t-il réagi à l’annonce de Donald Trump ?

Donald Trump a officiellement annoncé hier la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël. Le chef du Hamas, le mouvement qui contrôle la bande de Gaza, a déclaré ce matin ne pouvoir « faire face à la politique sioniste soutenue par les États-Unis » qu’en « lançant une nouvelle intifada ». Il a demandé aux Palestiniens de faire de demain « un jour de rage » contre la décision américaine. Des heurts ont eu lieu aujourd’hui entre des manifestants palestiniens et les forces de l’ordre israéliennes, notamment à Bethléem et Ramallah : en milieu d’après-midi, au moins 31 Palestiniens avaient été blessés, selon Reuters. Le ministre palestinien de l’Éducation nationale avait décrété une journée sans école pour que les étudiants et enseignants puissent prendre part aux manifestations.

Qu’est-ce qu’une intifada ?

Une intifada est un terme arabe qui signifie « soulèvement ». Il est associé aux deux soulèvements palestiniens qui ont émaillé le conflit israélo-palestinien. La première intifada a eu lieu entre 1987 et 1993. Contestation populaire de désobéissance civile à l’origine, elle a pris de l’ampleur avec des jets de pierres et de cocktails Molotov et a été violemment réprimée par l’armée israélienne. Elle a pris fin lors de la signature des accords d’Oslo. Une ONG israélienne, B’Tselem, estime qu’elle a fait 1491 victimes palestiniennes et 185 victimes israéliennes. La seconde intifada a été déclenchée en 2000, après la visite de l’esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem par Ariel Sharon, chef du Likoud, le parti conservateur alors dans l’opposition. Ce second soulèvement a duré cinq ans, jusqu’à une rencontre en Égypte entre Ariel Sharon, devenu Premier ministre israélien, et le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour mettre fin aux violences.

Y a-t-il des pays qui reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël ?

Benjamin Netanyahou a déclaré aujourd’hui être « déjà en contact avec d’autres pays qui feront une reconnaissance similaire » à celle des États-Unis. Pour le moment, l’annonce de Donald Trump n’a été suivie que par la République tchèque, dont le ministère des Affaires étrangères a affirmé aujourd’hui reconnaître officiellement Jérusalem-Ouest comme la capitale israélienne. Le Parlement tchèque avait adopté une résolution en mai appelant son gouvernement à cette reconnaissance. La Russie, qui s’est aujourd’hui dite « très inquiète » de la décision du président américain, reconnaît pourtant depuis avril « Jérusalem-Ouest comme la capitale d’Israël » mais aussi « Jérusalem-Est comme la capitale du futur État palestinien », selon une déclaration du ministère des Affaires étrangères russe.