13 décembre 2017

Ça se chiffre

Le salaire minimum

Le groupe d’experts chargé chaque année de conseiller le gouvernement sur l’évolution du salaire minimum (Smic) a remis la semaine dernière un rapport dans lequel il conseille de ne pas procéder à un « coup de pouce », c’est-à-dire à une réévaluation au-delà du mécanisme automatique. Depuis le 1er janvier 2014, la revalorisation automatique est calculée en fonction de l’inflation concernant les 20 % des ménages les plus pauvres et du pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés. Un « coup de pouce » permet d’augmenter le montant du Smic au-delà de cette revalorisation, mais les gouvernements n’en ont accordé qu’un ces 10 dernières années. Le groupe d’experts a émis deux propositions de réforme du système : n’augmenter le Smic qu’en fonction de l’inflation, ce qui aurait conduit à une hausse deux fois moins importante, voire nulle, ces dernières années ; supprimer l’augmentation automatique. Les hausses du Smic ne dépendraient alors plus que de décisions politiques, les « coups de pouce ».