• Accord sur le nucléaire iranien. L’accord sur le nucléaire iranien « rend le monde plus sûr et empêche une course à l’armement nucléaire potentielle dans la région », a déclaré la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, à l’issue d’une réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères allemand, britannique, français et iranien. Le département d’État américain a affirmé mardi que Donald Trump déciderait demain s’il rétablit les sanctions économiques contre l’Iran levées par cet accord signé en 2015.

  • Intermarché et Lactalis. Le président d’Intermarché, Thierry Cotillard, a déclaré hier soir qu’il allait arrêter « définitivement » de commercialiser des laits infantiles Milumel produits par le groupe Lactalis, affirmant n’avoir « jamais vu une telle confusion de la part d’un fournisseur » pour le rappel de produits. Après Leclerc mardi, plusieurs enseignes de la grande distribution ont reconnu avoir continué à vendre des produits dont l’entreprise agroalimentaire avait annoncé le retrait le 21 décembre après plusieurs cas de contamination par des salmonelles (des bactéries).

  • La condamnation d’Antoine Deltour annulée. La Cour de cassation du Luxembourg a reconnu le statut de lanceur d’alerte d’Antoine Deltour, ancien employé du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers. Elle a annulé la condamnation à six mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende qu’il s’était vu infliger en mars en appel pour avoir révélé en 2014 des documents confidentiels montrant un système d’optimisation fiscale. La justice a en revanche rejeté le pourvoi de son ancien collègue Raphaël Halet, condamné à 1 000 euros d’amende.

  • Pamphlets de Céline. La maison d’édition Gallimard a annoncé qu’elle suspendait son projet de rééditer dans une version « critique » trois pamphlets antisémites de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline publiés entre 1937 et 1941. Son président, Antoine Gallimard, a estimé que les conditions n’étaient « pas réunies » pour « envisager sereinement » de publier de nouveau ces textes qui ne l’ont plus été en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

  • Collard mis en examen. Le député du Gard Gilbert Collard a annoncé sur Twitter qu’il avait été mis en examen pour avoir diffusé en décembre 2015 sur le réseau social une photographie d’exactions commises par le groupe terroriste État islamique. Le parquet de Nanterre avait alors ouvert une enquête pour « diffusion d’images violentes ». L’Assemblée nationale a levé l’immunité parlementaire de Gilbert Collard en septembre pour qu’il puisse se rendre aux convocations du juge.