16 janvier 2018

Tout s'explique

La situation des migrants à Calais

Qu’a défendu Emmanuel Macron à Calais ?

Emmanuel Macron s’est rendu aujourd’hui à Calais, où il a prononcé un discours devant les forces de l’ordre sur la situation des migrants dans la ville. Il a affirmé que sa priorité était d’éviter la reconstitution d’une « jungle », en référence au camp informel installé près de Calais en 2002 et démantelé en 2016. Il a déclaré aux policiers et aux gendarmes qu’ils devaient être « exemplaires » et que tout manquement prouvé à leur déontologie, comme l’usage de la violence ou la confiscation des effets personnels des migrants, serait sanctionné. Hier, le Secours catholique et l’association L’Auberge des migrants ont déposé plainte contre X pour « destruction et dégradation » de biens tels que des tentes et des duvets, qu’ils avaient mis à disposition des migrants.

Quelle est la situation pour les migrants dans la ville ?

Entre 350 et 600 migrants vivent actuellement à Calais, selon les estimations de la préfecture du Pas-de-Calais ou de L’Auberge des migrants, contre 7 400 lors du démantèlement de la « jungle ». Tout campement y est désormais rapidement démantelé par les forces de l’ordre. En juillet, le Conseil d’État avait estimé que les migrants étaient victimes d’« atteintes graves » aux libertés fondamentales et ordonné à la municipalité de mettre des douches et des sanitaires à leur disposition. Emmanuel Macron a annoncé aujourd’hui que l’État prendrait le relais des associations pour organiser la distribution de repas. Dans une tribune publiée aujourd’hui dans Le Monde, plusieurs personnalités, dont l’économiste Jean Pisani-Ferry, membre de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle, ont dénoncé la politique migratoire du président.

Comment le Royaume-Uni et la France coopèrent-ils en matière d’immigration ?

Le président, accompagné du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, se rendra jeudi à Londres pour rencontrer la Première ministre Theresa May afin de discuter notamment de la situation de Calais et de l’immigration entre les deux pays. La France et le Royaume-Uni ont formalisé leur collaboration en matière de lutte contre l’immigration illégale avec la signature du traité du Touquet en 2003. Celui-ci a notamment instauré des bureaux de contrôle communs dans les ports de la Manche et de la mer du Nord. Cet accord précise que si le Royaume-Uni refuse l’accueil d’un migrant, la France est obligée d’autoriser son retour, et réciproquement. Selon l’Élysée, 115 000 tentatives de passage vers le Royaume-Uni ont eu lieu en 2017.