• Circulaire ministérielle. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé au gouvernement de retirer une circulaire ministérielle sur l’examen des situations administratives dans les hébergements d’urgence, estimant que la « régularité du séjour » ne devait pas être prise en compte pour l’accueil dans ces établissements. Prise le 12 décembre, cette circulaire permet à des agents administratifs de contrôler la situation des personnes logées dans les centres d’hébergement et de lancer une procédure à l’encontre des étrangers en situation irrégulière.

  • Compensation pour les éleveurs français. La Commission européenne a autorisé une compensation de 65 millions d’euros en faveur des éleveurs français touchés par la grippe aviaire en 2016 et 2017. Cette aide financière, versée par la France et l’Union européenne, concerne les éleveurs de volailles ayant subi des pertes à cause des mesures d’abattage et de non-remplacement mises en place par le ministère de l’Agriculture durant l’épidémie.

  • Accord franco-britannique. Le président de la République, Emmanuel Macron, et la Première ministre britannique, Theresa May, ont signé hier un nouveau traité sur le contrôle de l’immigration entre la France et le Royaume-Uni, lors d’un sommet organisé près de Londres. Le texte prévoit une nouvelle contribution britannique de 50 millions d’euros, versée à l’État français et destinée au contrôle de la frontière à Calais.

  • Tempête Friederike. La tempête Friederike qui a frappé l’Europe du Nord hier a fait 11 morts, selon un calcul réalisé par l’AFP à partir des bilans provisoires communiqués par les autorités des différents pays touchés : huit, dont deux pompiers, en Allemagne, deux aux Pays-Bas et un en Belgique. Les vents violents ont paralysé les réseaux de transport, notamment les trains à grande vitesse Thalys, dont le trafic vers la Belgique et les Pays-Bas a été interrompu hier.

  • Google et la Chine. L’entreprise américaine Google a annoncé avoir signé un accord de licence avec Tencent Holdings, numéro un chinois des jeux en ligne et des réseaux sociaux, dans le but de partager les brevets de différents produits et de s’associer dans le développement de futures technologies. C’est le premier partenariat avec une grande entreprise technologique chinoise conclu par Google, qui a retiré son moteur de recherche de Chine en mars 2010 en dénonçant la censure exercée par les autorités.