26 janvier 2018

Ça alors

L’orientation sexuelle ne peut être validée par des tests

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu hier un arrêt dans lequel elle affirme qu’il est interdit d’effectuer une expertise psychologique basée sur des tests de la personnalité pour évaluer l’orientation sexuelle d’un demandeur d’asile. La justice hongroise l’avait saisie en août en raison d’un litige opposant les services d’immigration du pays à un ressortissant nigérian, demandeur d’asile. Celui-ci réclamait une protection, car il estimait que son homosexualité le mettait en danger dans son pays. L’asile lui a été refusé au motif que ses résultats à une expertise comprenant notamment le test de Rorschach, une série de planches de taches symétriques à interpréter, ne permettaient pas de confirmer son orientation sexuelle. Lors d’un autre arrêt rendu en 2014, la CJUE a rappelé que les interrogatoires dans le cadre de la procédure de demande d’asile ne pouvaient se fonder « sur la seule base de notions stéréotypées concernant les homosexuels ».