1er février 2018

Ça alors

Interdiction de parler de « camps de la mort polonais »

Le Parlement polonais a adopté dans la nuit un amendement qui interdit à toute personne d’attribuer en public « à l’État ou à la nation polonaise une responsabilité pour les crimes commis par les nazis pendant le IIIe Reich », lorsque la Pologne était en partie occupée par l’Allemagne. Une amende ou une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans sont prévues. L’amendement interdit en particulier l’utilisation de l’expression « camps de la mort polonais » pour décrire les camps d’extermination d’Auschwitz ou de Chelmno. Il doit encore être signé par le président Andrzej Duda. Celui-ci a déclaré lundi qu’il « n’y avait pas eu de participation de la Pologne ou de la nation polonaise à l’Holocauste ». Un porte-parole de Yad Vashem, institut international pour la mémoire de la Shoah, a affirmé que cet amendement était « susceptible d’estomper l’aide que les Allemands ont reçue de la part de la population polonaise ».