• Attentats en Afghanistan. Un attentat contre l’Académie militaire de Kaboul, revendiqué par le groupe État islamique (EI), a fait 11 morts et 16 blessés lundi. L’Afghanistan a ainsi connu en moins de 10 jours quatre opérations terroristes dont le bilan est d’au moins 140 victimes. L’EI a affirmé avoir commis deux des attentats et les talibans les deux autres.

  • Transition après le Brexit. Les ministres des Affaires européennes de l’Union européenne ont décidé lundi d’accorder au Royaume-Uni une période de transition de 21 mois à l’issue du Brexit, prévu pour fin mars 2019. Cette période de transition doit permettre au Royaume-Uni de continuer à bénéficier d’un accès au marché intérieur européen et des accords commerciaux signés par l’UE, mais sans participer à la prise de décisions.

  • La Catalogne sans président. Le président du Parlement catalan, Roger Torrent, a repoussé mardi, sans fixer de nouvelle date, la séance d’investiture du dirigeant de l’exécutif de la Catalogne. Les indépendantistes, majoritaires dans l’hémicycle, souhaitaient désigner l’ancien président de la région Carles Puigdemont, réfugié en Belgique, mais la Cour constitutionnelle espagnole a interdit samedi dernier qu’il soit investi à distance. Il risque d’être incarcéré s’il retourne en Espagne.

  • Le PDG de Radio France révoqué. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), une autorité publique indépendante chargée en particulier de nommer les présidents des groupes publics audiovisuels, a décidé mercredi de retirer son mandat de PDG de Radio France à Mathieu Gallet à partir du 1er mars. Celui-ci a été condamné le 15 janvier à un an de prison avec sursis pour « favoritisme » lors de sa présidence de l’Institut national de l’audiovisuel. Le CSA a justifié sa décision en affirmant que les relations entre les représentants de l’État et le patron d’une société publique devaient être « denses, confiantes et permanentes, dans un contexte de réforme majeure de l’audiovisuel public annoncée par le pouvoir exécutif ».

  • Crise à Lactalis. Le PDG du groupe français Lactalis, Emmanuel Besnier, a adressé hier pour la première fois ses « plus sincères excuses » aux familles des victimes de la contamination à la salmonelle (une bactérie) présente dans certains laits infantiles. Jeudi, l’Institut Pasteur, une fondation privée spécialisée dans la recherche contre les maladies infectieuses, a révélé qu’il y avait eu, entre 2006 et 2016, 25 nourrissons contaminés par une souche présente depuis 2005 dans l’usine en cause.