• Appel à une trêve en Syrie. Les représentants de l’Organisation des Nations unies en Syrie ont réclamé une « cessation immédiate des hostilités », pour au moins un mois, afin de « permettre la distribution d’aide humanitaire, l’évacuation des blessés et des malades dans un état critique ». Les bombardements des aviations russe et syrienne se sont intensifiés depuis dimanche à Idleb et à la Ghouta, près de Damas, contre les rebelles, dont certains combattants djihadistes.

  • État d’urgence aux Maldives. Le président des Maldives, Abdulla Yameen, qui a déclaré l’état d’urgence et suspendu le Parlement hier soir, a fait arrêter ce matin le président de la Cour suprême. Celle-ci avait annulé jeudi les condamnations de neuf prisonniers politiques. En exil depuis 2016, l’ex-président Mohamed Nasheed, au pouvoir de 2008 jusqu’à sa démission en 2012, a demandé à l’Inde et aux États-Unis d’intervenir.

  • Peine de prison annulée pour Joshua Wong. La Cour suprême de Hong Kong a annulé les peines de prison ferme prononcées contre Joshua Wong, le cofondateur du groupe prodémocratie Scholarism, et deux autres militants pour rassemblement illégal lors du « mouvement des parapluies », une série de manifestations organisées fin 2014 pour réclamer que le chef de l’exécutif hongkongais soit élu directement par les citoyens.

  • Un éditeur suédois détenu en Chine. Le gouvernement chinois a reconnu que les autorités du pays détenaient l’éditeur suédois d’origine chinoise Gui Minhai, arrêté par des policiers en civil le 20 janvier, « en raison de violations de lois chinoises », selon le ministère des Affaires étrangères chinois, sans plus de précisions. Le ministère suédois des Affaires étrangères avait réclamé sa libération depuis deux semaines et avait dénoncé hier un enlèvement « brutal » et une violation du droit international.