• Aides à l’apprentissage. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté 20 mesures pour encourager l’apprentissage. Le projet de réforme comprend un allongement de la limite d’âge de 26 ans à 30 ans, une réévaluation de la grille des salaires de 30 euros nets par mois pour les jeunes de 16 à 20 ans et une aide de 500 euros sans condition pour permettre aux apprentis de plus de 18 ans de passer le permis de conduire.

  • Exclusion de Jean-Marie Le Pen. La cour d’appel de Versailles a confirmé un jugement de première instance qui avait validé en novembre 2016 l’exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national tout en précisant qu’il pouvait conserver son statut de président d’honneur du parti dirigé par sa fille. Le bureau politique du FN a voté en janvier pour supprimer cette fonction de ses statuts, qui doivent être adoptés en mars par les militants.

  • Transition incertaine. Le négociateur en chef de l’Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, a déclaré qu’en raison de désaccords « substantiels » entre l’UE et le Royaume-Uni, la période de transition de 21 mois à l’issue du Brexit, fin mars 2019, n’était « pas acquise ». Les ministres des Affaires européennes de l’Union s’étaient mis d’accord fin janvier pour que les Britanniques puissent continuer à bénéficier temporairement d’un accès au marché intérieur européen et des accords commerciaux signés par l’UE, mais sans participer à la prise de décisions.

  • « Shutdown » limité. Le Congrès a adopté ce matin aux États-Unis une loi budgétaire permettant de mettre fin à un « shutdown », la fermeture des administrations et services fédéraux non essentiels, qui aura duré six heures. Hier, les parlementaires n’avaient pas réussi à voter un compromis budgétaire sur le financement du gouvernement, entraînant un deuxième « shutdown » après celui du 20 janvier, qui avait duré trois jours.

  • Campagne suspendue pour les Farc. Le parti politique Force alternative révolutionnaire commune, fondé l’an dernier par les anciens membres de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a annoncé qu’il suspendait sa campagne pour les élections législatives et présidentielle par mesure de sécurité. Plusieurs de ses candidats ont vu leurs réunions publiques perturbées par des manifestations. Depuis la signature de l’accord de paix en novembre 2016, 50 anciens membres des Farc ou proches du mouvement ont été tués, a déclaré hier le vice-président colombien.