12 février 2018

C'est leur avis

Un risque d’accaparement de l’espace

SpaceX, l’entreprise du milliardaire américain Elon Musk, a fait décoller mardi une fusée capable de mettre en orbite basse autour de la Terre jusqu’à 64 tonnes d’équipement, soit trois fois plus qu’Ariane 5. Lionel Maurel, chargé de mission pour la valorisation de l’information scientifique et technique à l’Université Paris Nanterre, redoute dans le site The Conversation une privatisation de l’espace.

« C’est une nouvelle forme de conquête spatiale qui paraît donc à présent se mettre en place, dans laquelle les États pourront “affréter” des compagnies privées un peu à la manière où au XVIe , les grands navigateurs espagnols et portugais se sont élancés à la découverte du Nouveau Monde avec l’appui des souverains de l’époque, mais dans le cadre d’opérations privées et avec la promesse de pouvoir s’approprier les richesses des terres découvertes. […] Continuer à appréhender l’espace comme un bien commun paraît pourtant possible et pourrait avoir des conséquences juridiques intéressantes, notamment pour organiser une “gouvernance” partagée sur les ressources. » Lionel Maurel