14 février 2018

Tout s'explique

Un nouveau baccalauréat en préparation pour 2021

Que prévoit le gouvernement pour réformer le baccalauréat ?

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a présenté aujourd’hui en Conseil des ministres son projet de réforme de l’examen du baccalauréat. Le nouveau diplôme doit voir le jour en 2021. Le projet prévoit, pour le bac général, la disparition des séries ES, L et S au profit d’un tronc commun : français, philosophie, histoire-géographie, deux langues vivantes, sport ainsi qu’une nouvelle matière, « humanités numériques et scientifiques ». Les élèves devront en plus choisir trois spécialités en première, deux en terminale, comme les mathématiques ou les arts. En plus de l’épreuve orale et écrite de français en première, le bac comprendra trois épreuves écrites (philosophie et deux spécialités) et un oral sur un projet personnel. Le reste sera évalué en contrôle continu et comptera pour 40 % de la note finale.

Quel est l’objectif visé ?

Jean-Michel Blanquer a déclaré que le but de la réforme était de donner aux élèves « la possibilité d’approfondir davantage ce qui va les faire réussir après l’examen ». Le taux de réussite au bac, toutes sections confondues, était de 87,9 % en 2017. Mais le ministère de l’Éducation nationale souligne que 61 % des étudiants ne parviennent pas au terme des études supérieures dans lesquelles ils se sont engagés juste après le bac et que seuls 27 % des étudiants obtiennent leur licence en trois ans. Sur son site, le ministère déclare vouloir augmenter la part du contrôle continu, jusqu’ici très réduite, dans la note finale pour se rapprocher d’autres pays européens où elle est plus importante (100 % en Suède, 66 % en Allemagne). Il estime en effet que la concentration des épreuves sur un temps très court ne « récompense pas les efforts réalisés par les candidats dans la durée » et pose de plus des « difficultés organisationnelles ».

Quels changements majeurs ont été apportés à cette épreuve ?

L’épreuve du baccalauréat a été créée en 1808 comme premier grade universitaire pour accéder à l’enseignement supérieur. Les épreuves étaient alors uniquement orales. La première épreuve écrite a été instaurée en 1830. Cinq séries existaient à l’origine (sciences, lettres, droit, médecine et théologie). Elles ont connu diverses évolutions jusqu’à l’introduction en 1995 des séries générales (ES, L et S) et technologiques (STI, STL, SMS et STT). Les bacs professionnels ont été créés en 1985. La première femme bachelière a obtenu son diplôme en 1861, mais le bac a principalement été rendu accessible aux femmes à partir de 1925, après l’harmonisation des programmes du secondaire des filles et des garçons.