15 février 2018

Tout s'explique

Le chômage français retrouve son niveau de 2009

Quel est le niveau du chômage en France ?

L’institut national de statistiques Insee a publié aujourd’hui les chiffres du chômage du quatrième trimestre 2017. Le taux de chômage s’élevait en fin d’année à 8,9 % de la population active en France, hors Mayotte. Il s’agit de son plus bas niveau depuis 2009, après le déclenchement de la crise financière mondiale. Le taux de chômage a baissé en France de 1,1 point par rapport à fin 2016. L’Insee comptabilise 2,5 millions de chômeurs, soit 10,7 % de moins que fin 2016. Le taux de chômage a diminué pour toutes les tranches d’âge, avec un recul notable pour les 15-24 ans et les 25-49 ans. Le chômage de longue durée, celui des personnes actives en recherche d’emploi depuis plus d’un an, a baissé : il concerne 3,6 % de la population active, en recul de 0,7 point par rapport à fin 2016.

Quelle est la tendance dans le reste de l’Europe ?

Le taux de chômage français, calculé selon les critères de l’Organisation internationale du travail (OIT), est très proche de la moyenne européenne, mesurée sur les mêmes critères. Fin décembre, il s’élevait à 8,7 % de la population active dans les pays membres de la zone euro, selon l’institut de statistiques européen Eurostat. Le taux de chômage de la zone euro a diminué d’un point en un an et il atteint lui aussi son niveau le plus bas depuis 2009. La France s’inscrit donc dans cette tendance européenne. Dans la zone euro, l’Allemagne et Malte connaissent le taux de chômage le plus faible avec 3,6 %. La Grèce (20,9 %) et l’Espagne (16,4 %) enregistrent les taux les plus forts.

Pourquoi existe-t-il un écart entre les chiffres du chômage de l’Insee et de Pôle emploi ?

Pour calculer le taux de chômage français, l’Insee reprend une définition qui permet des comparaisons internationales établie par l’OIT. Pour l’organisation, un chômeur est une personne de 15 ans ou plus, qui n’a pas du tout travaillé pendant une semaine de référence, disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours et en recherche active d’emploi le mois précédent. Le calcul est effectué à partir d’un sondage réalisé auprès de plus de 100 000 personnes. Or, pour Pôle emploi, sont considérées comme chômeurs uniquement les personnes inscrites auprès de l’établissement public. La catégorie A des inscrits à Pôle emploi se rapproche toutefois de celle de l’OIT : personne sans emploi, en recherche active d’un emploi quel que soit le type de contrat. Fin janvier, Pôle emploi a déclaré qu’il comptait 3,45 millions de chômeurs de catégorie A, enregistrant une baisse de 0,5 % en un an.