16 février 2018

Tout s'explique

Résultats historiques pour Renault

Par quoi s’expliquent les bons résultats de Renault ?

Le groupe automobile Renault a annoncé aujourd’hui avoir réalisé l’an dernier les meilleurs résultats de son histoire. Son chiffre d’affaires s’élève à 58,8 milliards d’euros, en hausse de 14,7 % par rapport à 2016. Il enregistre un bénéfice net de 5,2 milliards d’euros, en progression de 47,1 % en un an. Cette croissance s’explique en particulier par un record de ventes, avec 3,8 millions de véhicules écoulés, et par la hausse des ventes de pièces détachées à des constructeurs partenaires. L’alliance avec d’autres constructeurs automobiles, essentiellement le japonais Nissan, lui a rapporté 2,8 milliards d’euros de dividendes, contre 1,6 en 2016. Renault intègre aussi pour la première fois dans ses comptes annuels les résultats du constructeur russe Avtovaz, dont il est le principal actionnaire depuis fin 2016.

Quel rôle l’État joue-t-il auprès de l’entreprise ?

Nationalisé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Renault est redevenu un groupe privé dans les années 1990. L’État a toutefois toujours conservé une participation au capital du groupe, passée de 47 % en 1996 à 15,01 % depuis l’an dernier, et demeure son principal actionnaire. Cette position lui permet d’être présent au conseil d’administration, où il possède 22 % des droits de vote. Le conseil d’administration a reconduit hier pour quatre ans le mandat du PDG de l’entreprise, Carlos Ghosn, en poste depuis 2009. Il a également nommé Thierry Bolloré au poste de directeur général adjoint, numéro deux du groupe, un poste qui n’était plus occupé depuis 2013. À la demande de l’État, Carlos Ghosn a accepté de réduire son salaire de 30 %.

Comment se porte le marché automobile en France ?

Selon le Comité des constructeurs français d’automobiles, la vente de voitures particulières neuves en France a progressé de 4,7 % en 2017, avec 2,1 millions de véhicules immatriculés. Les marques françaises ont progressé de 6,7 % et leurs concurrentes étrangères de 2,4 %. Le groupe automobile français PSA (Peugeot, Citroën et DS) a connu la plus forte hausse, ses ventes ayant augmenté de 10,9 %. Ses principaux actionnaires sont la famille Peugeot, la Banque publique d’investissement et le groupe chinois Dongfeng avec chacun près de 12,9 % des parts. En mars 2017, le groupe a racheté pour 1,3 milliard d’euros les marques Opel et Vauxhall. Cette opération lui a permis de devenir le deuxième plus gros vendeur de véhicules en Europe, derrière Volkswagen.