• Formation professionnelle. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a présenté son projet de réforme de la formation professionnelle en affirmant qu’il s’agissait d’un domaine stratégique puisque « 50 % des emplois seront transformés dans les 10 ans qui viennent ». Elle souhaite donner aux actifs la possibilité de se former beaucoup plus simplement que dans le système actuel, en supprimant des étapes de validation de l’administration ou de leur entreprise. Le gouvernement se donne pour objectif de former un million de chômeurs en cinq ans.

  • LREM en tête en Guyane. Le candidat de La République en marche Lénaïck Adam est arrivé en tête hier soir de l’élection législative partielle organisée dans la 2e circonscription de Guyane avec 43,1 % des voix, devant Davy Rimane (La France insoumise, 35,1 %), qu’il affrontera au second tour. L’élection de Lénaïck Adam en juin 2017 avait été invalidée en décembre en raison de l’absence d’assesseurs dans deux bureaux de vote.

  • Attentats revendiqués au Burkina Faso. Le groupe djihadiste GSIM, qui est dirigé par un chef touareg malien et qui a prêté allégeance à Al-Qaïda, a revendiqué samedi les attentats qui se sont déroulés vendredi dans la capitale, Ouagadougou, et qui ont visé l’ambassade de France, l’Institut français et l’état-major général des armées burkinabé. Le groupe a déclaré avoir mené ces attaques, qui ont tué huit personnes, « en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines ».

  • Un premier convoi d’aide dans la Ghouta orientale. L’ONU a annoncé qu’un premier convoi « transportant de l’aide médicale et de la nourriture pour 27 500 personnes » était entré dans la Ghouta orientale, une zone située à l’est de Damas et contrôlée par des opposants au régime. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation basée au Royaume-Uni proche des rebelles et disposant d’un réseau d’informateurs sur le terrain, le régime a repris plus d’un tiers de la région à l’aide de raids aériens et d’une opération au sol.

  • Coalition validée en Allemagne. Les adhérents du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) ont approuvé à 66 % l’accord de gouvernement conclu entre leur parti et la coalition chrétienne-démocrate de la chancelière Angela Merkel, selon les résultats publiés hier. Angela Merkel va donc pouvoir exercer un quatrième mandat à la tête du gouvernement fédéral, le troisième en conduisant une coalition avec le SPD.