9 mars 2018

Tout s'explique

Donald Trump taxe les importations d’acier et d’aluminium

Que prévoit Donald Trump pour les importations d’acier et d’aluminium ?

Le président américain, Donald Trump, qui a fréquemment affiché sa volonté de protéger les industries américaines, a signé hier soir deux documents portant à 25 % le montant des taxes sur les importations d’acier aux États-Unis et à 10 % celui des taxes sur les importations d’aluminium. Ces règles doivent s’appliquer à partir du 23 mars. Pour prendre cette décision, Donald Trump a invoqué une loi qui autorise le président américain à limiter l’importation de certains produits au nom de la sécurité nationale. Selon deux rapports du département du Commerce publiés en janvier, les États-Unis importent quatre fois plus d’acier qu’ils n’en exportent et les importations d’aluminium primaire, qui n’est pas fabriqué à partir de matériaux recyclés, sont 16 fois plus importantes que les exportations. Le Canada et le Mexique sont pour l’instant exemptés des nouveaux droits de douane, le temps que soit renégocié le traité de l’Accord de libre-échange nord-américain en vigueur depuis 1994.

Quelles sont les critiques qui lui sont adressées aux États-Unis ?

Le sénateur républicain Jeff Flake a annoncé hier soir son intention de déposer une proposition de loi visant à annuler ces taxes, craignant leurs « dégâts sur l’économie » américaine et arguant que les guerres commerciales sont « toujours perdues ». Hier, le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a lui aussi déclaré craindre « les conséquences imprévues ». Le principal conseiller économique de Donald Trump et ancien numéro deux de la banque d’investissement Goldman Sachs, Gary Cohn, avait démissionné mardi en raison de son désaccord avec le président sur ces taxes. Le département de la Défense avait déclaré en février ne pas croire que « les besoins de la défense nationale » étaient menacés et craindre « l’impact négatif » sur les partenaires commerciaux des États-Unis.

Comment réagissent l’Union européenne et la Chine ?

L’Union européenne exporte pour environ 5 milliards d’euros d’acier et un milliard d’euros d’aluminium chaque année vers les États-Unis. Seule l’Allemagne figure parmi les 10 premiers pays depuis lesquels ils s’approvisionnent en acier et en aluminium. La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a estimé hier soir que l’UE « aurait dû être exemptée de ces mesures », étant « un allié proche des États-Unis ». La Commission européenne a préparé une liste de produits américains qu’elle est prête à taxer en représailles, comme les jeans ou le jus d’orange. La Chine est également visée. Selon le gouvernement américain, elle est le 2e fournisseur d’aluminium des États-Unis et le 11e fournisseur pour l’acier. La Chine n’a pas encore précisé la nature de la « réponse appropriée et nécessaire » qu’elle compte apporter selon le ministre des Affaires étrangères chinois.