12 mars 2018

Tout s'explique

La Chine cesse de limiter les mandats du président

Pourquoi cette limite avait-elle été instaurée?

L’Assemblée nationale populaire (ANP) de Chine a accepté hier par 2 958 voix contre deux (et trois abstentions) que la limite de deux mandats de cinq ans pour les présidents soit supprimée de la Constitution. Cette modification permettra au président chinois, Xi Jinping, en poste depuis 2013, de rester en place au-delà de 2023 s’il le souhaite. La limite de deux mandats de cinq ans a été instaurée lors de l’adoption de la quatrième Constitution chinoise, en 1982. Il s’agissait alors d’empêcher une trop grande concentration des pouvoirs dans les mains d’un seul homme, comme l’avait fait Mao Zedong de 1949 à 1976. Le porte-parole de l’ANP a précisé début mars que cette réforme visait à aligner les règles de la présidence sur celles de la direction du Parti communiste chinois (PCC) et de l’armée, où aucune limite temporelle n’est prévue. Xi Jinping occupe également ces deux fonctions.

Qu’est-ce que la « pensée de Xi Jinping », ajoutée dans la Constitution ?

Les députés ont également approuvé l’inscription de la « pensée de Xi Jinping » dans le préambule de la Constitution. Celle-ci avait déjà été inscrite dans la charte du PCC lors du Congrès du parti en octobre. Seule la pensée du dirigeant Mao Zedong était mentionnée dans la Constitution jusque-là. La pensée de Xi Jinping « pour une nouvelle ère du socialisme aux caractéristiques chinoises » contient 14 grands principes pour assurer la « renaissance de la nation » et garantir une armée forte, placées sous l’autorité du PCC. Xi Jinping souhaite que la Chine devienne un pays « prospère », avec « une place encore plus centrale sur la scène internationale ». Pour cela, il mise notamment sur une libéralisation plus grande de l’économie chinoise et sur le projet des « nouvelles routes de la soie » pour promouvoir, via des grands projets d’infrastructures (routes, lignes de chemin de fer, ports), la coopération économique avec les pays d’Asie centrale, d’Afrique et d’Europe.

Comment l’opposition est-elle contrôlée dans le pays ?

L’Assemblée a validé l’inclusion dans l’article premier de la Constitution de l’affirmation que « la direction du PCC est le trait distinctif du socialisme à la chinoise ». Toute opposition au PCC pourrait ainsi être désormais perçue comme une atteinte à la Constitution. Le militant démocrate Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix en 2010, est mort en détention en juillet, tandis que sa femme est toujours assignée à résidence sans avoir reçu de condamnation. La Chine a accentué sous Xi Jinping son contrôle sur Internet. L’an dernier, elle a restreint l’accès à certains fournisseurs de VPN, une technologie qui permet de contourner la censure. L’Observatoire des médias chinois de l’université de Berkeley, aux États-Unis, a constaté en février qu’une centaine de termes faisant référence à Xi Jinping étaient bloqués sur le réseau social Weibo.