• Accord rejeté à Mayotte. Le collectif citoyen et l’intersyndicale coordonnant le mouvement de protestation lancé le 20 février contre l’insécurité à Mayotte ont rejeté l’accord de principe que la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, avait conclu hier soir avec des représentants des manifestants. Ils ont affirmé que « des points manquaient » dans l’accord, en particulier leur demande que les victimes de violences graves soient prises en charge par les pouvoirs publics à la manière des victimes du terrorisme. Ils ont annoncé qu’ils maintenaient les barrages mis en place dans l’île.

  • Réforme ferroviaire. La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a présenté en Conseil des ministres un projet de loi d’habilitation pour faire passer sa réforme ferroviaire par ordonnances, en évitant ainsi la modification du texte par l’Assemblée nationale ou le Sénat. Le projet de réforme vise à « modifier les missions, l’organisation, la gouvernance et la forme juridique » de la SNCF sans toutefois remettre en cause le « caractère public » de l’entreprise.

  • Google et Apple assignés. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé ce matin sur RTL qu’il allait « assigner Google et Apple devant le tribunal de commerce de Paris » pour « pratiques commerciales abusives » dans leurs relations avec les développeurs d’applications mobiles. En décembre, il avait assigné l’entreprise de vente en ligne Amazon pour abus de position dominante vis-à-vis des vendeurs utilisant sa plateforme pour distribuer leurs produits.

  • Coût des JO. Un rapport d’experts issus de différents services d’inspection de l’État commandé par le gouvernement alerte sur les risques de « surcoûts importants » dans la construction des sites prévus pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris, a révélé Le Parisien. Le rapport évoque en particulier le risque d’un dépassement des délais et des coûts pour le centre aquatique de Saint-Denis et le site du Bourget chargé d’accueillir les médias et plusieurs compétitions.

  • Mort de Stephen Hawking. L’astrophysicien britannique Stephen Hawking, spécialiste des trous noirs et auteur d’un ouvrage de vulgarisation scientifique, « Une brève histoire du temps » (1988), vendu à plus de 10 millions d’exemplaires, est décédé à l’âge de 76 ans. Atteint de la maladie de Charcot, il était presque totalement paralysé, mais parvenait à donner des conférences à l’aide de logiciels identifiant d’infimes mouvements des muscles de son visage et d’un synthétiseur de voix.