Regards sur le Liban. France 24 examine en plusieurs reportages la situation du Liban, pays qui « manie l’art des contradictions et des équilibres fragiles ». Les reportages offrent des éclairages sur les réactions des habitants face à l’afflux des réfugiés syriens, le désastre écologique de la mauvaise gestion des déchets ou la flambée des prix de l’immobilier à Beyrouth. Il est aussi question de la relative tolérance vis-à-vis des homosexuels, plutôt inédite dans le monde arabe.

Femmes photographes. Slate.fr a demandé à huit femmes photographes de choisir la photo la plus marquante de leur carrière. Celles qu’elles ont choisies ne l’ont pas été selon des critères esthétiques, mais pour les histoires dans lesquelles elles s’inscrivent : elles illustrent des rencontres ou des événements survenus dans leur vie et nous font voyager entre la Chine, la Somalie et la Géorgie.

Derrière l’écran. Diffusés jeudi par Arte, les quatre épisodes de la minisérie britannique « Monstre sacré » racontent l’histoire d’un célèbre comédien de télévision qui se trouve soudain accusé de viols, qu’il aurait commis une vingtaine d’années plus tôt. Inspirée d’un scandale sexuel révélé en 2012 au Royaume-Uni, cette fiction suit l’évolution de l’enquête en laissant planer un doute constant sur la culpabilité du personnage principal, interprété par Robbie Coltrane, le Hagrid de « Harry Potter ».

De la science à la pop culture. Décédé mercredi à l’âge de 76 ans, l’astrophysicien britannique Stephen Hawking était un spécialiste des trous noirs, mais aussi une icône de la pop culture en raison de son intelligence, de son sens de la dérision et de la voix métallique du logiciel de synthèse vocale qu’il utilisait pour s’exprimer. Dans Le Point, la journaliste Morgane Giuliani rappelle son influence dans le monde du cinéma et des séries, des « Simpson » à « The Big Bang Theory », où il est apparu, a été incarné ou a prêté sa voix.