• Consommation électrique et consentement. La Cnil, l’autorité de contrôle en matière de protection des données personnelles, a mis en demeure le fournisseur d’électricité et de gaz Direct Énergie pour ne pas avoir correctement recueilli le consentement de ses clients avant d’utiliser les données fournies via le compteur électrique Linky. L’entreprise a trois mois pour se conformer à la loi avant que la Cnil ne décide d’une éventuelle sanction.

  • Apologie du terrorisme. Le tribunal correctionnel de Lisieux a condamné Stéphane Poussier, candidat de La France insoumise aux élections législatives dans la 4e circonscription du Calvados l’an dernier, à un an de prison avec sursis et à sept ans de privation de ses droits civiques et civils pour apologie du terrorisme. Il s’était réjoui sur Twitter du décès du gendarme Arnaud Beltrame, blessé mortellement vendredi à Trèbes, dans l’Aude, par un preneur d’otages se réclamant du groupe État islamique.

  • Condamnation confirmée pour Le Pen. La Cour de cassation a rejeté le pourvoi du cofondateur du Front national Jean-Marie Le Pen contre sa condamnation à 30 000 euros d’amende pour avoir qualifié en avril 2015 les chambres à gaz de « détail » de la Seconde Guerre mondiale. En 1991, il avait déjà été condamné à verser 1,2 million de francs (l’équivalent de 266 000 euros aujourd’hui) à plusieurs associations pour des propos similaires.

  • Soupçons d’antisémitisme sur un meurtre. Emmanuel Macron a exprimé hier soir son « émotion devant le crime épouvantable » commis à Paris contre Mireille Knoll, une octogénaire de 85 ans retrouvée poignardée vendredi dans son appartement incendié. Le parquet de Paris a retenu hier le caractère antisémite du crime.

  • Expulsion de diplomates russes. Le secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan), Jens Stoltenberg, a annoncé l’expulsion de sept diplomates de la mission russe auprès de l’organisation en représailles après la tentative d’empoisonnement d’un ancien agent double russe au Royaume-Uni le 4 mars. Hier, 25 pays, dont les États-Unis, la France et l’Allemagne, ont annoncé l’expulsion d’une centaine de diplomates russes au total.

  • Puigdemont en détention. Le tribunal régional du Schleswig-Holstein, en Allemagne, chargé de décider du sort de l’ancien président de la Catalogne Carles Puigdemont, a annoncé que l’ancien dirigeant indépendantiste allait « rester en détention dans un premier temps, jusqu‘à ce qu’une décision soit prise » concernant sa remise à l’Espagne. Poursuivi par la justice espagnole pour l’organisation d’un référendum d’indépendance en octobre, il a été arrêté dimanche à la frontière du Danemark et de l’Allemagne.