28 mars 2018

On fait le point

Un hommage national rendu au gendarme Arnaud Beltrame

Un hommage national a été rendu ce matin au gendarme Arnaud Beltrame. Il est décédé samedi matin après avoir été blessé mortellement la veille par le terroriste Radouane Lakdim, lors d’une prise d’otages dans un supermarché de Trèbes, dans l’Aude. Il s’était substitué à l’une des personnes retenues. Emmanuel Macron a déclaré lors de la cérémonie aux Invalides qu’Arnaud Beltrame représentait « l’esprit français de résistance ».

En garde à vue depuis vendredi, la compagne de Radouane Lakdim a été mise en examen hier soir pour association de malfaiteurs terroriste. Elle a été placée en détention provisoire. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a déclaré lundi qu’elle manifestait « tous les signes d’une radicalisation ». Elle était fichée S depuis l’année dernière. Un ami du terroriste, âgé de 17 ans, a été libéré hier de sa garde à vue, « en l’absence d’éléments l’incriminant à ce stade », selon le parquet.

Le terroriste a été tué lors de l’assaut lancé vendredi dans le supermarché par les forces de l’ordre. Avant la prise d’otages, il avait tiré sur les deux passagers d’une voiture et sur des CRS qui faisaient leur jogging à Carcassonne. Il a fait au total quatre morts et 15 blessés. Né au Maroc en 1992, il avait été naturalisé français en 2004. Fiché S depuis 2014, il était également inscrit depuis 2015 au Fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. Le groupe État islamique, dont il s’est réclamé, a revendiqué ses attentats.

Lors de l’hommage national rendu à Arnaud Beltrame, Emmanuel Macron a déclaré qu’il fallait combattre l’« islamisme souterrain qui progresse par les réseaux sociaux, qui agit clandestinement sur des esprits faibles ou instables ». Pour lui, cet islamisme est un « obscurantisme barbare » qui « exige de chaque citoyen un regain d’exigence et de civisme ».