29 mars 2018

C'est leur avis

La faute politique du président du Crif

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont été hués hier soir lors de la marche blanche organisée à Paris en mémoire d’une octogénaire juive assassinée vendredi. L’éditorialiste de France Inter Thomas Legrand reproche au président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) d’avoir voulu écarter La France insoumise de ce rassemblement.

« Le Crif reproche aux Insoumis deux choses : d’être favorables au boycott d’Israël pour protester contre sa politique de colonie. Mais si tous les antisémites sont antisionistes, tous les antisionistes ne sont pas antisémites. […] L’autre reproche est plus embarrassant. Les Insoumis comportent, en leur sein, certains responsables aveugles et sourds, quand ce n’est pas bienveillants, avec le communautarisme musulman et des antisionistes qui ont glissé vers l’antisémitisme. […] Mais les quelques mots que le patron de LFI a prononcés hier, pendant la marche, étaient sans ambiguïté et d’un républicanisme pur jus. C’est là la double erreur, et même la faute politique du président du Crif : il s’est permis de faire le tri entre ceux qui avaient le droit de se dresser contre l’antisémitisme et ceux qui n’en étaient pas dignes. » Thomas Legrand