Du rap en Irak. Lorsque Mossoul, la deuxième plus grosse ville irakienne, vivait encore sous le joug du groupe État islamique, les habitants faisaient face à une somme d’interdits, dont celui d’écouter de la musique. Depuis la libération de la région l’été dernier, quatre jeunes hommes ont constitué le premier collectif de rap de la ville et racontent l’horreur de la guerre dans leurs chansons. Dans un article pour Greenroom, un site consacré à la musique, la journaliste Laurène Daycard décrit leur volonté de créer dans cette ville en ruines.

L’Iran sur le bout de la langue. Si vous n’avez pas déjà goûté au ghormeh sabzi ou au tahdig, le dernier épisode du podcast « Bouffons », consacré à la nourriture iranienne, devrait vous donner envie de vous précipiter dans un restaurant iranien ou de vous plonger dans un livre de recettes perses. Le comédien Kyan Khojandi est l’un des invités du chroniqueur Guilhem Malissen. Avec beaucoup d’humour et d’enthousiasme, il décrit en détail la cuisson parfaite du riz et les parfums de la coriandre, éveillant notre intérêt et celui de nos papilles.

Coureurs d’élite. Depuis plus de 30 ans, la Barkley, l’une des courses les plus difficiles du monde, confronte des sportifs endurcis à un parcours en montagne et en forêt de 160 km à boucler en moins de 60 heures. Seules une quinzaine de personnes ont été en mesure de la terminer. À l’aide de photos et d’interviews en noir et blanc, Alexis Berg et Aurélien Delfosse racontent dans L’Équipe l’édition 2017 de la course et son final haletant, dans tous les sens du terme.

Du coup, on a aimé. Vous employez souvent l’expression « du coup » ou bien vous êtes agacés par ce tic de langage ? Cet article du journaliste Vincent Glad, dans le site Brain Magazine, devrait vous faire rire tout en vous informant sur la sémantique de ces deux mots dont l’emploi est souvent galvaudé. Au Québec, cette formule est même devenue le meilleur moyen de repérer les Français et, du coup, de s’en moquer affectueusement.