5 avril 2018

C'est leur avis

Les limites du « do it yourself »

L’essayiste Gaspard Koenig, fondateur d’un cercle de réflexion libéral, analyse dans Les Échos le phénomène du « do it yourself » consistant à remplacer une partie de sa consommation par une production personnelle. Il craint que cette tendance ralentisse la croissance économique en contrecarrant les fondements du capitalisme.

« Pour avoir le sentiment de se réaliser, les surdiplômés tissent des paniers en osier et les anciens ministres deviennent producteurs de miel. L’humanité, qui s’est donné tant de mal pour s’affranchir des tâches manuelles, se trouve soudain embarrassée de ses muscles devenus inutiles, de son temps trop libre et rêve de gagner son pain à la sueur de son front. […] Si donc les sociétés développées décident de retourner à cet “état d’enfance” en amoindrissant peu à peu les mécanismes de l’échange, elles pourraient refermer une parenthèse de deux siècles de croissance économique. Mon interprétation instinctive, c’est que cette passade d’urbains chics va se briser contre le mouvement inexorable du marché. » Gaspard Koenig