• Grève à la SNCF. Mardi et mercredi ont eu lieu les deux premières journées de la grève prévue pour trois mois, à raison de deux jours non travaillés suivis de trois jours travaillés, par l’intersyndicale de la SNCF (CGT, UNSA, SUD, CFDT). Selon la direction, le taux de grévistes était de 33,9 % le premier jour et de 29,7 % le deuxième, des chiffres toutefois contestés par les syndicats. Les organisations syndicales ont rencontré jeudi et hier la ministre des Transports, Élisabeth Borne, mais les responsables ont déclaré qu’ils comptaient poursuivre leur mouvement en raison du refus du gouvernement de négocier.

  • Projet de réforme institutionnelle. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé mercredi un projet de réforme institutionnelle prévoyant une diminution du nombre de parlementaires de 30 % et l’élection de 15 % des députés à la proportionnelle. Ce projet prévoit également de limiter à trois le nombre de mandats complets identiques et consécutifs pour les parlementaires et les présidents d’exécutifs locaux, à l’exception des maires de communes de moins de 9 000 habitants. Les textes seront présentés le 9 mai en Conseil des ministres. Édouard Philippe espère « parachever cette réforme en 2019 ».

  • Plan d’action sur l’autisme. Le gouvernement a présenté hier un plan de 344 millions d’euros sur cinq ans consacré à l’autisme. Ce plan prévoit la mise en place de diagnostics et d’interventions précoces, afin de limiter l’aggravation du handicap, ainsi que d’un forfait de remboursement pour les dépistages. Il prévoit également de permettre aux enfants concernés de suivre une scolarité ordinaire, l’objectif étant que tout enfant autiste né cette année puisse entrer à la maternelle en 2021. Plusieurs responsables associatifs ont dénoncé un décalage entre les ambitions et les moyens financiers.

  • Manifestations à Gaza. De nouvelles manifestations à la frontière entre la bande de Gaza et le territoire israélien se sont tenues hier pour réclamer le retour des réfugiés palestiniens sur le sol israélien. Au moins huit manifestants palestiniens ont été tués par l’armée israélienne et 900 blessés, selon un bilan provisoire. Lors de précédents rassemblements, le 30 mars, l’armée israélienne a fait 19 morts parmi les Palestiniens et plus de 1 400 blessés, selon le ministère de la Santé de Gaza. L’ONU et l’UE ont réclamé l’ouverture d’une enquête indépendante sur les événements, mais le gouvernement israélien a rejeté dimanche ces demandes.