16 avril 2018

Ça alors

La RATP plus transparente sur la qualité de l’air

Le réseau de transports en commun francilien RATP a ouvert jeudi une page internet dédiée aux mesures en temps réel de la qualité de l’air dans les trois stations de métro ou RER parisiennes où elle a installé des capteurs : Auber, Châtelet et Franklin D. Roosevelt. Les données sont relevées depuis 1997, mais n’étaient accessibles jusqu’ici que via un relevé hebdomadaire. Sont désormais disponibles quotidiennement des mesures sur la température et l’humidité ainsi que les taux de dioxyde de carbone, de dioxyde d’azote et de particules PM10 et PM2,5. Pour ces deux dernières, les taux sont fréquemment au-dessus des seuils de 50 µg/m3 et 25 µg/m3 par jour fixés par l’Organisation mondiale de la santé. Selon Airparif, l’organisme qui mesure la qualité de l’air en Île-de-France, la concentration en particules est 2 à 10 fois supérieure dans le métro par rapport à l’extérieur.