25 avril 2018

Ça se chiffre

La surpopulation carcérale

La Direction de l’administration pénitentiaire a annoncé jeudi que le nombre de détenus en France avait atteint un nouveau record avec 70 367 personnes incarcérées au 1er avril (contre 68 974 au 1er janvier). Le taux d’occupation des prisons représente 118,3 %. Phénomène ancien, la surpopulation carcérale s’était réduite à la fin des années 1990 en raison de l’augmentation des peines alternatives à la prison. La loi sur la présomption d’innocence votée en 2000 sous le gouvernement de Lionel Jospin a réduit le recours à la détention préventive (suspects en attente de jugement). En 2002 et 2003, la nette hausse du nombre de détenus s’explique par le vote de la loi Perben, du nom du ministre de la Justice du gouvernement Raffarin, qui favorise le recours à la détention provisoire et crée des établissements pénitentiaires pour mineurs de 13 à 18 ans. Depuis 15 ans, le nombre de détenus et le nombre de places disponibles augmentent à peu près au même rythme.