• Manifestations en Arménie. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont bloqué les rues de la capitale arménienne, Erevan, à l’appel de l’opposant Nikol Pachinian. Seul à briguer le poste de Premier ministre lors d’une élection organisée hier au Parlement, il a vu sa candidature rejetée par 55 députés sur les 100 qui ont pris part au vote. Un nouveau vote est prévu le 8 mai pour désigner un successeur à Serge Sarkissian, qui a quitté la tête du gouvernement le 23 avril après 11 jours de manifestations réclamant son départ.

  • Fin de l’ETA. L’organisation séparatiste basque ETA a annoncé dans une lettre publiée par le journal en ligne espagnol El Diario qu’elle avait « dissout toutes ses structures » et « mis fin à sa fonction ». L’ETA, qui a mené une lutte armée pour l’indépendance du Pays basque de 1959 à 2011, avait déclaré le 20 avril avoir une « responsabilité directe » dans la « souffrance démesurée » du « peuple basque ».

  • Budget européen et État de droit. La Commission européenne a proposé dans son projet de budget pour la période 2021-2027 de « restreindre l’accès aux fonds de l’UE » en cas de violation de l’État de droit. « Nous n’accepterons pas de mécanismes arbitraires qui feront de la gestion des fonds un instrument de pression politique à la demande », avait déclaré la semaine dernière le vice-ministre polonais des Affaires européennes, Konrad Szymanski, alors que la Commission européenne reproche à son gouvernement des mesures entravant l’indépendance de la justice.

  • Réforme de la justice en Roumanie. Le président roumain, Klaus Iohannis, issu d’un parti de centre droit, a déclaré qu’il refusait de promulguer les lois de réforme de la justice adoptées par le Parlement à majorité sociale-démocrate à la fin de l’année dernière. Selon le chef de l’État roumain, ces lois « fragilisent le statut du procureur », « risquent de bloquer la justice » et mettent en place des structures « susceptibles d’intimider les magistrats ».

  • Pollution mortelle. 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air, selon un bilan publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une institution spécialisée de l’ONU. L’OMS explique que les particules fines qui pénètrent dans les poumons et le système cardiovasculaire provoquent des cancers du poumon, des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus ou des maladies respiratoires comme des pneumonies.

  • Macron veut supprimer l’« exit tax ». Dans un entretien au magazine économique américain Forbes publié hier, Emmanuel Macron a révélé son intention de supprimer l’année prochaine l’« exit tax », un impôt créé en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour limiter l’exil fiscal en taxant les contribuables qui transfèrent leur domicile fiscal hors de France. Selon le chef de l’État, cet impôt envoie « un message négatif » aux entrepreneurs.