• Démission du PDG d’Air France-KLM. Le PDG d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, a annoncé sa démission après le rejet par 55,44 % des salariés de l’accord salarial qu’il avait proposé. Les 46 771 salariés d’Air France étaient invités à s’exprimer jusqu’à aujourd’hui sur cet accord qui visait à mettre fin au mouvement de grève entamé fin février. La direction proposait une augmentation des salaires de 2 % en 2018, puis de 5 % supplémentaires sur trois ans, ce que rejetaient certains syndicats qui souhaitaient une augmentation immédiate de 5,1 %.

  • Davantage de forces de l’ordre. Le préfet de police de Paris a annoncé qu’environ 2 000 policiers et gendarmes seraient déployés demain dans la capitale pour éviter des débordements à l’occasion de la « Fête à Macron », un rassemblement organisé à l’initiative du député La France insoumise François Ruffin. Ils étaient 1 500 lors de la manifestation du 1er mai, lors de laquelle des personnes cagoulées ont dégradé une trentaine de commerces et une dizaine de véhicules.

  • Excuses du président palestinien. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a présenté ses excuses pour des propos qu’il avait tenus lundi et que l’envoyé de l’ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, avait jugés « antisémites », « inacceptables » et « profondément troublants ». Le dirigeant palestinien avait estimé lors d’un discours au Parlement que la haine des juifs qui avait conduit à plusieurs massacres, dont l’Holocauste, n’était pas due à leur religion, mais à leur « fonction sociale, qui était liée à l’usure, à la banque ».

  • Nobel de littérature reporté. L’Académie suédoise a annoncé qu’elle ne décernerait pas le prix Nobel de littérature cette année, mais le reporterait à l’année prochaine, en même temps que le prix pour 2019. L’institution a justifié sa décision par une « crise de confiance » provoquée par les accusations de viols et d’agressions sexuelles portées depuis novembre par 18 femmes contre le mari d’une académicienne. Ces révélations ont provoqué le départ de 8 des 18 membres de l’académie.

  • « Bug » chez Twitter. L’entreprise américaine Twitter a invité hier soir les utilisateurs de son réseau social à changer leur mot de passe par mesure de sécurité. Elle a expliqué qu’un « bug » avait temporairement rendu lisibles les mots de passe qui sont normalement « hachés », c’est-à-dire que les caractères choisis par l’utilisateur sont remplacés par une série aléatoire de chiffres et de lettres.